Bio de Cheikh Ahmad ibnou Yahya An Najmî

Leave a comment
Share Button

Cheikh Mouhammad ibnou hadi al madkhalî

 

SON NOM ET SA LIGNEE

Il est notre noble Cheikh, Al ‘Allammah, Al Mouhadith, Al Faqih, l’actuel Mouftî de la région de Jâzân, le porteur du drapeau du Hadîth et de la Sounnah, le Cheikh Ahmad ibnou Yahya bnou Mouhammad bnou Shabîr An Najmî des âli Shabîr des Banî Hoummad, une des tribues bien connue de la région de Jâzân.

SA NAISSANCE

Le Cheikh est né dans le village de Najâmiyah, le 22 du mois de Shawâl 1346H et a grandi dans la maison de ses deux parents pieux d’une façon incomparable.
Ses parents avaient fait une demande à Allah de ne pas le charger des travaux de ce bas monde, Allah fit que ceci soit vrai.

Ses deux parents prenaient garde de leur enfant au point de ne pas le laisser jouer avec les enfants. A l’âge de la puberté, ils le mirent aux écoles du village où il apprit à lire et écrire. il apprit la récitation du Coran dans l’école national avant la venue de Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî, 3 fois et la dernière fut en 1358H quand il resta là.

Il lit le Coran la première fois à Cheikh ‘Abdu ibnou Mouhammad ‘Aqîl An Najmî en 1355H. Puis à Cheikh Yahya Faqih Abassî, qui était originaire du Yemen et vient à Najâmiyah pour y rester. Notre Cheikh étudia chez lui en 1358H mais quand Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî arriva à Najâmiyah il y’eut un débat entre lui et son professeur sur l’élévation d’Allah car il était ‘ach’arî. Le Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî le mit en défaite et il quitta la ville.


SON PARCOURS DANS LA SCIENCE

Après le départ de son professeur ach’arî, le Cheikh avec ses deux oncles paternels Hassan ibnou Mouhammad An Najmî et Husseyn ibnou Muhammad An Najmî assistaient fréquemment aux cours de Cheikh Al Qar’âwî dans la ville de Sâmitah, c’était en 1359H.
En 1360H et pour être précis au mois de Safar, notre Cheikh rejoignit l’école salafi (compréhension du Coran et de la Sounnah seon les pieux prédecésseurs) et y récita le Coran sous l’ordre de Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî au Cheikh ‘outhmân ibnou ‘outhmân Hamlî. C’était tel qu’il lui récita entièrement le Coran avec les règles de tajwid et mémorisa les livres “Touhfatul Atfâl”, “Hidâyatoul Moutafîd’’, “Thalathatoul ousosul”, “Al Arba’in An Nawawiyah”, “Al Hissâb” et il perfectionna l’art de l’écriture.

Il s’asseyait dans les cercles d’études que Cheikh Al Qar’âwî avaient mis là, jusqu’à ce que les jeunes étudiants partaient après la salat Ad Dhouhr. Alors, il assistait aux cercles des étudiants plus âgés dont Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî était le professeur personnel. Il resta dans cette classe de la salat Ad Dhouhr jusqu’à la salat Al ‘ichâ’ puis il repartAit avec ses deux oncles à la ville de Najâmiyah.

Après 4 mois, Cheikh Al Qar’âwî lui donna la permission d’assister aux cours des étudiants plus âgés. Il lit au cheikh les livres suivants: “Ar Rahabiyah” sur les lois de l’héritage, “Al Ajroumiyah” sur la grammaire arabe, “Kitabou At Tawhîd”, “Bouloughoul mâram”, “Al Bayqouniyah”, “Noukhba oul Firkri” avec son explication “Nouzahatou Nadhri”, “Moukhtassarât fi sîrah”, Tasrîfoul Ghazî”,” Al ‘Awâmil fil nahou mâ itou”, “Al Waraqât” sur les fondements de la jurisprudence , “‘Aquidaotu At Tahâwiyah” avec l’explication de Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî ceci avant de voir l’explication de Cheikh ibnou abil ‘iz, il étudia aussi une partie du livre “Al Afiyah” d’Ibnou Mâlik et “Douraroul Bahiyah” et son explication “Ad Dararoul Madiyah” dans la jurisprudence tous deux écrits par Cheikh Ach Chawkânî. Il en est de même pour d’autres livres parmi lesquels il y’en a qui sont étudiés comme sujet assigné comme ceux précités et d’autres qui sont étudié pour la culture générale comme des traités concis ou petites épîtres ou des livres de référence qui servent pour une recherche comme “Nayloul awtâr “, ” Zâdoul Mi’ad”, “Nouorul Yaqîn”, “Al Muwatta” et “Al oummouhât”.

En 1362H, Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî distribua des parties d’Al oummouhât (livres de hadîth) qu’il avait dans sa bibliothèque à ses étudiants, qui contiennent Sahîh al Boukharî, Sounan Abi Dawoûd, Sounan An Nessâi, Al Mouwatta de l’Imam Mâlik. Ses étudiants commencèrent à lui lire ces livres mais n’ont pas pu les terminer à cause de la sécheresse.

En 1364H, ils retournèrent chez lui pour le lire et ils reçurent de lui al Ijazah (autorisation religieuse) de rapporter Al oummouhat As Sita.

En 1369H, il étudia auprès de Cheikh Ibrahîm ibnou mouhammad al ‘Amoudî, le juge de Sâmitah à l’époque, deux livres: “Islah al Mujtam”, et le livre de fiqh de cheikh Abdourahmân As Sa’dî fait sous forme de questions-réponses intitulé “Al Ichrad ila Ma’rifatoul Ahkam”

Il étudia aussi chez Cheikh ‘Alî ibnou Cheikh ‘outhmân Ziyad As Soumâlî sous l’ordre de Cheikh Al Qar’âwî, il étudia un livre de grammaire “Al ‘Awâmil fi Nahwi Miât ainsi que d’autres livres de grammaire et de morphologie,conjugaison.

En 1384H, il assista aux cercles d’études de l’Imam, Al ‘Allammah, le moufti du Royaume d’Arabie Sa’oudite Cheikh Muhammad ibnou Ibrahîm âli Cheikh pendant un peu près deux mois. Dans ces cercles il prit le tafsîr d’Ibnou Jarîr at Tabari avec la récitation d’Abdulazîz Ash Shoulhoub au sujet du tafsîr. La même année, il assista aux réunions avec Cheikh AbdulAzîz ibnou Bâz pendant un mois et demi environ, ses classes étaient sur As Sahîh Al Boukharî entre la prière du Maghrib et celle de l’Ichâ’.

SES PROFESSEURS

De ce que tu as pu lire, il t’apparait que ses professeurs étaient:

1] Cheikh Ibrahîm ibnou Mouhammad Al ‘Amoudî, le juge de la ville de âamitah de son époque.
2] Cheikh Hâfidh ibnou Ahmad Al Hakamî
3] Cheikh, Al ‘Allammah, le da’i, le réformateur de la partie sud de l’Arabie ‘Abdoullah Al Qar’âwî
4] Cheikh ‘Abduh bnou Mouhammad Aqîl An Najmî
5] Cheikh ‘outhmân ibnou ‘outhmân Al Hamlî
6] Cheikh ‘Alî bnou ‘outhmân Ziyâd As Somalî
7] Cheikh Mouhammad ibnou Ibrahîm Âli Cheikh, le Moufti du Royaume de sa’oudi de l’époque.
8] Cheikh Yahya Faqih ‘Abassî Al Yamanî

SES ETUDIANTS

Notre Cheikh qu’Allah le préserve a eu beaucoup d’étudiants. Celui qui veut passer le nombre d’année qu’il a passé dans l’enseignement devra passer au moins la moitié d’un siècle. Il est compréhensible qu’il a eu beaucoup d’étudiants et cela nécessiterait des livres pour les répertorier, toujours est-il que j’en citerai quelques uns pour te donner une idée et pour chercher les autres:

1] Notre Cheikh, Al ‘Allammah, le mouhadith le défenseur de la Sounnah Rabe’ ibnou Hadî AL Madkhalî.
2] Notre Cheikh al’allammah, Zeyd ibnou Mouhammad bnou hadî Al MAdkhalî.
3] Notre Cheikh le savant l’excellent ‘Ali ibnou Naçer Al Faqîhî.

Il est suffisant de citer ces 3 noms car ils sont répandus parmi les cercles de science et personne ne pourra nous blâmer d’avoir agît ainsi.

SES APTITUDES ET SON INTELLIGENCE

Le Cheikh a un très haut niveau d’intelligence et l’histoire qui suit n’est qu’un exemple de son intelligence et de sa bonne mémoire depuis qu’il est enfant:

l’oncle, Cheikh ‘oumar ibnou Ahmad Jardî Al Madkhalî dit:
“Quand Cheikh Ahmad voulait assister au cours de l’école salafi de Sâmitah avec ses deux oncles Hassan An Najmî et Husseyn An Najmî, il assistait aux cours des étudiants plus âgés en 1359H , alors qu’il n’avait que 13 ans, il voulait assister aux cours de Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî avec les étudiants plus âgés et les mémoriser”.
C’est pour çà que Cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî l’a laissé assister aux cours des plus âgés pour l’enseigner de ce qu’ il voyait chez lui comme supériorité, rapidité,mémorisation intelligence.

SES TRAVAUX

Notre Cheikh, qu’Allah le préserve, a travaillé dans l’école de cheikh ‘Abdoullah Al Qar’âwî comme volontaire. Et quand sa position commençait à être payé, il eut le poste de professeurs dans sa ville An Najâmiyah c’était en 1367H. En 1372H, il fut transféré comme Imam et professeur dans la ville d’Abou Soubaylah Balhourath.

Le 1/1/1374H, suite à l’ouverture de l’université éducationnelle de Sâmitah, il fut assigné là bas comme enseignant jusqu’en 1384H. Il resta à ce poste avec l’espoir d’être professeur à l’Université de Médine, il partit jusque là mais les circonstances ont fait qu’il revient à Sâmitah et Allah décréta qu’il soit guide au Ministère de la Justice d’Al Jâzân en conseillant les gens de la meilleure des manières.

Le 1/7/1387 Il retourna enseigner à l’Institut éducationnel du district sur sa demande. En 1389H au début de l’année il partit pour l’Institut de Sâmitah où il y enseigna jusqu’à son départ en 1410H

Depuis ce moment, jusqu’au moment où j’écris ces lignes, il alterne entre l’enseignement chez lui, à la mosquée, dans d’autres mosquées du district tout en tenant ses classes et répondant aux questions.

Il fait tout ceci conformément aux conseils finals de son Cheikh qui lui conseilla de passer son temps dans l’enseignement et de faire attention aux élèves et particulièrement ceux qui ont quitté leur famille pour étudier. Il patienta beaucoup dans cela, qu ‘Allah le récompense et le préserve.

Il suivit aussi le conseil final de son professeur ‘Abdoullah Al Qar’âwî qui est de continuer à étudier et à prendre la science des autres. Principalement dans les matières de Hadîth et de Fiqh à un point tel qu’il surpassait ses collègues. Qu’Allah bénisse sa vie et sa science et nous fasse profiter de ses efforts.

SES OUVRAGES

Notre cheikh qu’Allah le préserve a écrit beaucoup de livres, certains d’entre eux sont édités d’autres pas, nous demandons à Allah de faciliter leur édition pour que le bénéfice soit atteint.

Parmi ses livres il y’a :

1] Awdahoul Ishârati fi Radi ‘ala man abâha al mamnou’ min ziyârah
2] Ta, sisoul Ahkâm Sharhou oumdatoul Ahkâm Une petite partie a été éditée
3] Tanzihu Ash shari’ah ‘an Ibâhatil Aghâni al khali’ah
4] Rissâlatoul Irshâd ila Bayânoul Haq-q fi houkmil Jihâd
5] Rissalatun fi hukmil Jahril bil basmalah
6] Fathou Rabboul Wadoud fil fatâwâ war Roudoud
7] Al mawrid Al Adh’b az zilal fimâ intaqada ‘ala ba’adil manâhij ad da’awiyah minal ‘aqâ’id wal a’mâl.

Et il a encore beaucoup d’autres livres qu’il a présenté aux Musulmans qui sont bénéfiques, qu’Allah le récompense de la meilleure des récompenses et fasse bénéficier l’Islam et les Musulmans à travers lui. Que les prières et les salutations soient sur notre Prophète, sa famille et ses compagnons.

Sa mort :

Sheikh An Najmî est mort le 20 Rajab 1429 soit le 23 Juillet 2008, il avait environ 90 ans et a laisser derrière lui 5 enfants ( Abdurahmane, Abdullah, Muhamad, Hussein, Yahya). (source : sahab.net, le Forum Fourqane) [Annotation ajouter par Fhardi Abû ‘l-Qâssim]

Ecrit par le savant Cheikh Mouhammad ibnou hadi al madkhalî professeur dans le hadith à l’université islamique delà ville de Médine.

source : en anglais sur fatwa-online.com, en arabe dans sahab.com traduit de l’anglais au français par Abou ‘Aderrahman al Broukseli et révisé par ‘Abdal kouddoûs

 Assounnah.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *