La sexualité et le préservatif en Islam

La sexualité et le préservatif en Islam
Share Button

Read More


La sodomie en islam, licite ou illicite ?

La sodomie en islam, licite ou illicite
Share Button

Read More


Choisir un mari

Share Button

Shaikh Muhammad Nasir Din Al-Albani

Ecouter le shaikh

 

Question : Un père qui ne prie pas veut forcer sa fille, qui elle est pieuse (multazima), à épouser un homme qui lui aussi ne prie pas. Cette fille a désobéi à son père, elle a quitté la maison et a épousé un homme pieux avec l’accord du dirigeant musulman (wali amr al-muslimin) de cette région. Quel est le jugement sur ce mariage ?

Réponse : Comment le dirigeant des musulmans a pu être un tuteur pour elle ? Si le lieu est précisé, nous pouvons répondre.

Q : c’était en Angleterre.

Réponse : Masha Allah, un dirigeant des musulmans en Angleterre ! (Le shaikh et ses élèves rient)…

Q : il y a des émirs dans chaque région qui s’occupent des affaires des musulmans : des instituts, des contrats de mariage… Elle s’est mariée par l’intermédiaire de cet homme et a refusé le mariage que son père lui proposait avec un homme qui délaisse la prière.

Read More


Le père n’est pas d’accord pour le mariage

Share Button

Shaikh Muhammad Nasir Din Al-Albani

Ecouter le shaikh

 

Question : Un père qui ne prie pas veut forcer sa fille, qui elle est pieuse (multazima), à épouser un homme qui lui aussi ne prie pas. Cette fille a désobéi à son père, elle a quitté la maison et a épousé un homme pieux avec l’accord du dirigeant musulman (wali amr al-muslimin) de cette région. Quel est le jugement sur ce mariage ?

Réponse : Comment le dirigeant des musulmans a pu être un tuteur pour elle ? Si le lieu est précisé, nous pouvons répondre.

Q : c’était en Angleterre.

Réponse : Masha Allah, un dirigeant des croyants en Angleterre ! (Le shaikh et ses élèves rient)…

Q : il y a des émirs dans chaque région qui s’occupent des affaires des musulmans : des instituts, des contrats de mariage… Elle s’est mariée par l’intermédiaire de cet homme et a refusé le mariage que son père lui proposait avec un homme qui délaisse la prière.

Read More


Les rapports intimes en islam

Les rapports intimes en islam
Share Button

Read More


Le mari peut-il frapper son épouse ?

Le mari peut-il frapper son épouse ?
Share Button

Le mari peut-il frapper son épouse ?

Shaikh Ibn Uthaimin (Rahimou Allah)

Est-il permis de frapper sa femme en islam ?

 

Question : Quel est le jugement sur le fait que l’homme frappe sa femme et quelles sont les conditions légales ? Qu’Allah vous récompense par un bien.
Réponse : Allah dit dans le sens du verset : « Vivez avec elles de la meilleure façon » (An-Nisa : 19) et il dit : « Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance » Il n’est pas permis à l’homme de frapper son épouse sauf dans les conditions pour lesquelles Allah l’a permis dans Sa parole : « Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, (si elles persistent) ne dormez plus avec elles, (et si elles persistent) frappez-les. Si elles vous obéissent, cessez vos réprimandes, car Dieu est certes, Elevé et Grand ! » (An-Nisa : 34) Il ne faut pas que l’homme se presse dans ces choses, car le fait de frapper son épouse amène la mauvaise entente et la séparation, et cela ne convient pas à tout être doué de raison.

Read More


L’obligation pour la femme d’obéir à son mari

Share Button

L’obligation pour la femme d’obéir à son mari

Shaikh Salih ibn Fawzan Al-Fawzan

Les femmes vertueuses sont obéissantes

Vous aumeriez aussi : La place de la femme en Islâm

Il t’est obligatoire, ô femme musulmane, d’obéir à ton mari dans le bien. Abû Huraira rapporte que le messager d’Allah (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Si une femme prie ses cinq prières (quotidiennes) et préserve ses parties intimes chastes et obéit à son mari, elle entrera au paradis, par la porte qu’elle souhaite. » [Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih]

D’après Abû Huraira (radyallahu ‘anhu), le messager d’Allah (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Il n’est pas permis à une femme de jeûner alors que son mari est présent à moins qu’elle n’ait sa permission. Et elle ne doit permettre personne d’entrer dans sa maison sauf avec sa permission. » [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim]

Aussi d’après Abû Huraira (radyallahu ‘anhu), le messager d’Allah (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Quand un homme appelle sa femme au lit et qu’elle ne lui vient pas et qu’il passe la nuit fâché contre elle, les anges la maudissent jusqu’au matin. » [Rapporté par Al-Bukhari et Muslim]

Read More


La polygamie en islam et ses conditions

La polygamie en islam et ses conditions
Share Button

Read More


Les mariages forcés en islam

Les mariages forcés en islam
Share Button

Les mariages forcés en islam

Son jugement selon l’islam

Shaikh Ibn Baz / Shaikh Ibn Uthaimin (Rahimou Allah)

 

Question : Est-il permis au père de contraindre sa fille à un mariage avec quelqu’un elle ne désire pas ?

Réponse : Il n’est pas permis au père, ou à quelqu’un  d’autre que lui, de contraindre celle qui est sous sa tutelle  à épouser quelqu’un avec qui elle ne désire pas se marier. Plutôt il est nécessaire de chercher son consentement et sa permission en raison de la parole du messager (salallahu ‘alayhi wa salam) : « la vierge ne doit pas être épousée avant d’avoir cherché son consentement. Ils dirent : ô messager d’Allah! Quel est son consentement ? Il a répondu : Son silence. Et dans une autre formulation : Et quant à la vierge, son père cherche son consentement et son consentement est son silence. »

Read More


Le mariage, et les règles concernant la demande de mariage en Islâm

Share Button

Al-Faqîh Ibn Ruchd [590 de L’hégire]

 

Le mariage, selon l’opinion générale, est recommandé [mandoûb]. Les gens parmi les dhâhirites en font une obligation [wâdjib] ; et ceux parmi les Mâlékîtes enseigne qu’il est obligatoire [wâdjib] à l’égard de certains, recommandé [mandoûb] à l’égard des autres, et facultatifs [moubâh] pour les reste, selon la crainte qu’éprouve la personne [à commettre la fornication]. Ces divergences [ikhtilaf] sont nées de la question de savoir si ce qui est mentionné au verset :

« Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent » [1]

Celles contenues dans la parole du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) : « Mariez-vous, car je me prévaudrai de la supériorité de votre nombre contre les autres peuples » [2] , et d’autres traditions similaires relatives à la question, doivent être interprétées dans le sens de l’obligation [wâdjib], de l’encouragement à faire [le mariage], ou d’une capacité de choix.

La thèse qui en fait une obligation pour les uns, un mérite pour les autres, et une capacité de choix pour le reste, se place d’un point de vue d’utilité [masalaha]. Ce type d’argument est celui qualifié de « raisonnement par analogie » [qiyâs] ; c’est celui ne reposant sur aucune preuve bien définie ; beaucoup de savants le rejettent. Il résulte clairement des dhâhirites du madhhâb de l’Imâm Mâlik qui en faisait l’application.

Read More