L’avenement de la Prophétie et de la mission

Leave a comment
prophe11
Share Button

Cheikh Safiyyu Ar-Rahman Al Mubârakfuri (RahimAllah)

 

Dans la grotte de Hirâ

Aux environs de la quarantaine, le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  constata que ses méditations antérieures avaient élargi le fossé entre lui et son peuple et préféra la solitude. Muni de vivre et d’eau, il se rendait à la grotte de Hira, dans la montagne de la lumière ( Jabel An-Nour) située à peu près à 4 km de la Mecque.

Il s’agit d’une grotte agréable de 4 coudées de long et de 1.75 coudées de large. Il y passait le mois de Ramadan, nourrissait les pauvres qui les rejoignaient, passait son temps à l’adoration et à la réflexion sur la puissance créatrice qu’ils cachaient.

L’associationnisme absurde et les représentations inconsistantes de son peuple ne le rassuraient pas.

Cependant, il ne disposait ni d’une voie claire, ni d’une méthode définie, ni d’une démarche orientée pouvant lui apporter dans ce sens quiétude et satisfaction.

Son choix de la solitude était un aspect de la guidance d’allah à son égard, guidance destinée à le détacher des préoccupations d’ordre terrestre, du tumulte de la vie, des petites considérations dont les gens meublaient leur vie, aux fins de le préparer à la grande affaire qui l’attendait.

Ainsi, le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) s’apprêter à endosser la lourde responsabilité, à changer la face du globe et à modifier le cours de l’histoire.

Pendant 3 ans, Allah le voua à cette solitude avant de lui faire porter Son message.

Le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) se lança donc dans cette solitude pendant un mois au cours duquel il communiait avec l’esprit de l’univers.

Méditait sur le mystère que cachait l’existence, jusqu’au moment où sonna l’heure de traiter Avec ce mystère sous l’autorisation d’allah.
 
Jibril (Gabriel) descendit avec la révélation
 
Lorsque le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  eut 40 ans révolus-ce qui est la pointe de perfection à partir de laquelle, selon certain, Allah choisit Ses prophètes- les indices de la prophétie commencèrent à ce faire jour.

De ces indices, on note qu’une pierre de la mecque saluait le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  et que celui- ci ne faisait aucun rêve qu’il ne  vit se réaliser. Ces indices apparurent pendant 6 mois. La durée de la prophétie fut de 23 ans. Quant aux rêves vrais, ils constituent une des 46 éléments de la prophétie.

Au mois de Ramadan de la troisième année de solitude dans la grotte de Hira, il plut à Allah d’inonder l’humanité de sa clémence en choisissant Mohammed comme prophète et comme messager.

Il  envoya Jibril (Gabriel) lui révéler des versets du Coran.
Après observation et méditation des recoupements et des indicateurs, on peut identifier ce jour-là comme étant le lundi 21 du mois de Ramadan, dans la nuit, ce qui correspond au Dix août  610 G.

A l’époque, le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  avait exactement quarante années lunaires, 6 mois et 12 jours ou en d’autres termes 39 années solaires, 3 mois et 20 jours.

Ecoutons Aicha l’intime (qu’Allah soit satisfait d’elle) nous raconter l’histoire de cet événement qui, point de départ de la prophétie, commençait à repousser les ténèbres de l’impiété et de l’égarement
Au point de changer le cours de la  vie et aussi de modifier la perspective de l’histoire.

Elle dit : « les premières manifestations de la révélation chez  Muhammad (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  furent des rêves profitables : Il ne faisait aucun rêve sans en voir la réalisation. Ensuite, on lui fait aimer la solitude.

A cet égard, muni de provisions, il s’isolait dans la grotte de Hira, fuyant l’adoration des idoles et se consacrant à Allah, s’approvisionnait  et repartait, ainsi de suite jusqu’au moment où la vérité apparut dans la cave.

Alors, l’ange se présenta  lui et dit : «  Récite ! »
« Je ne sais pas réciter » dit le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui). L’ange le saisit et l’étrangla jusqu’au point de le mener à l’étouffement.
Ensuite, il le lâcha et reprit : « récite ! » Le prophète répéta : « Je ne sais pas réciter ». L’ange l’étrangla une deuxième fois au point de le mener à l’étouffement, après quoi il le lâcha et dit : « je ne sais pas réciter ». L’ange, le saisit une troisième fois et l’étrangla ensuite, il le lâcha et dit « récite ». Le prophète insista alors, il dit :


« Récite au nom de ton seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence. Récite, ton seigneur est le très noble »Sourate ‘L’adhérence’ verset 1, 2 et 3.

Le messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  revint tout tremblant. Il se présenta chez Khadija, la fille de Khouwaylid disant : « Enveloppez-moi ! Enveloppez-moi ! » on l’enveloppa jusqu’au moment Où se dissipa sa frayeur. Alors il dit à khadija : « Qu’est ce qui m’arrive ? »

Celle-ci lui retraça la scène. Muhammad (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  reprit : « j’avais peur pour moi-même » « non ! » Dit Khadija, « ma foi, Allah ne t’humiliera  jamais. Tu cultive la parente, composes avec tout le monde, assistes les nécessiteux, donnes l’hospitalité aux hôtes et aide à faire triompher la vérité ». Elle l’emmena chez son cousin Waraka ibn Nawfal ibn Asad ibn Abdil-Ozza.

Celui-ci était chrétien depuis l’époque antéislamique. Sachant écrire l’hébreu il écrivait aisément l’évangile dans cette langue. C’était aussi un grand sage qui avait perdu la vue.

Khadija s’adressa à lui en ces termes : « cousin, écoute ce que va te dire ton neveu ! » Warakah dit à mohammad (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  : « Neveu, que s’est-il passé ? »

Celui-ci lui décrit ce qu’il vit. Warakah reprit : « ça c’est la loi qu’Allah avait fait descendre sur Mousâ. Ah ! Si seulement j’étais jeune ! Si seulement j’étais en vie au moment où ton peuple te fera sortir ! ». Le messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  dit : « vont-ils me faire sortir, eux ? ». « Oui » Répondit Warakah  ajoutant : « Aucun homme n’a jamais apporté quelque chose de semblable à ce que tu apportes sans s’exposer à l’inimitié et l’adversité ; Mais, si ce jour me trouve en vie je t’aiderai énergiquement. »
Ensuite, Warakah ne tarda pas à mourir. La révélation fut interrompue.
 
             La période d’interruption de la révélation 

Ibn Saad rapporte d’ibn Abbâs que la durée de la période d’interruption de la révélation fut de quelques jours. C’est cela le plus probable mais aussi ce qui se dégage après exploration de tous les aspects. Pour ce qui est de l’information répandue selon la quelle une telle période s’étendait sur trois ans ou deux ans et demi, elle ne saurait être vraie ; mais ce n’est pas ici le lieu de s’étendre sur sa réfutation.

Durant l’interruption, le messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  resta affligé et triste, frappé d’étonnement et de stupéfaction. A cet égard Al-Boukhari rapporte dans son livre intitulé « Kitâb at-Tabîr » les propos ci-dessous :

La révélation s’interrompit un moment. Le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) selon ce que nous a communiqué, éprouva alors une telle tristesse et une telle amertume qu’il songea à aller précipitamment se jeter du haut des hautes montagnes. Cependant, toutes les fois qu’il était au sommet d’une montagne, prêt à se jeter dans le vide, Jibril (Gabriel) lui apparaissait et s’adressait à lui en ces termes : « Mohammed ! Tu es sans aucun doute le messager d’Allah  ». Cela le rassurait et  le dissuadait de son acte.

Lorsque l’interruption de la révélation lui paraissait longue par la suite, il tentait le même acte.

Toutefois, dès qu’il était au sommet de la montagne, Jibril lui apparaissait et lui répétait les même propos.
 
      Jibril pour la deuxième fois apporte la révélation 
 
Selon ibn Hajar, l’objectif de l’interruption de la révélation pendant des jours était de faire revenir le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui) de sa frayeur et aussi de lui faire retrouver l’envie de vivre. Dès que l’objectif fut atteint et que le messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  se mit à attendre la suite de la révélation, Jibril revint pour la deuxième fois. D’après ce que rapporte Al-Boukhâri de Jabîr ibn Abdillah, il a entendu le messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  parler de l’interruption de la révélation en ces termes : « Alors que je marchais, j’entendis soudain une voix appelant du ciel. Alors, levant les yeux, je vis le même ange qui m’était apparut à Hirâ, assis sur une chaise entre le ciel et la terre. Je fus tellement surpris que je roulai à terre. De retour à ma famille je m’écriai : « enveloppez-moi ! Enveloppez-moi ! » Et on m’enveloppa.

Alors Allah le très haut fit descendre les versets allant de : 

« O ! Toi (Mohamed) ! Le revêtu d’un manteau ! Lève- toi et avertis. Et de ton Seigneur, célèbre la grandeur. Et tes vêtements, purifie-les. Et de tout péché, écarte-toi. » Sourate ‘Le revêtu d’un manteau’ versets 1, 2, 3, 4, et 5

Ensuite, la révélation se poursuivit, ininterrompue. Un autre hadith authentique mentionne : « j’ai séjourné pendant un mois à Hirâ ».
Après mon séjour, je descendais ; Mais lorsque je pénétrais dans la vallée … ( Ensuite le prophète mentionna ce qui précède.)

En d’autres termes il descendit après y avoir passé le mois de Ramadan. L’intervalle entre les deux révélations était de dix jours ; car le messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  ne passa pas un autre Ramadan à la grotte de Hirâ  après la descente de la première révélation. Ces versets de la sourate de l’adhérence (Al-Alak) furent le point de départ de la mission. Leur postérité par rapport à l’événement de la prophétie s’apprécie sur la base de leur période de révélation. Ils comportent deux types de charge et précisent au prophète les attitudes à tenir :

1.       Le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  avait à charge de communiquer et d’avertir ; comme le laisse apparaître la parole d’Allah : «  lève-toi et avertis » dont le sens est « avertis les gens contre le châtiment que leur infligera Allah s’ils ne sortent pas de leur légèreté, de leur égarement, s’ils ne renoncent  pas à adorer autre qu’Allah et aussi à l’associer à d’autres dans son essence, ses attributs ses droits et ses actes.

2.     Le messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  avait aussi à charge d’appliquer sur lui-même les ordres d’Allah, le Transcendant, le Très Haut de s’attacher à ces ordres pour obtenir, par ce biais, sa satisfaction et devenir le bon exemple pour quiconque croit en Allah.

   Cela apparaît dans le reste des versets :
·        « Et de ton seigneur, célèbre la grandeur » en d’autres termes célèbre exclusivement sa grandeur ! Et à cela n’associe personne ».
·        « Et tes vêtements, purifie-les ».  Le sens littéral ici est purification des vêtements et de corps car, bien sur, celui qui célèbre la grandeur d’Allah et se présente à lui, ne doit avoir aucune marque de souillure et de saleté. Si c’est une telle purification qu’on demande, à plus forte raison la purification des ordures de l’associationnisme ainsi que de la turpitude des actes et des caractères. La parole « et de ton péché, écarte-toi » veut dire : « Eloigne-toi de tout ce qui entraîne la colère d’Allah et détermine celui-ci à châtier et cela, en t’attachant à obéir et à éviter les actes de désobéissance ». La parole : « Et ne donne pas dans le but de recevoir davantage » signifie : « Ne pratique pas le bien pour ensuite en chercher rémunération chez les gens, ou viser à en avoir meilleure rétribution en ce bas monde ».

·        Quant au dernier verset « Et pour ton Seigneur, endure » il renferme un avertissement contre le mal que son peuple (à lui  Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  ) pourrait lui faire si, professant une autre religion, il appelait à Allah et à Allah seul sans associé, l’avertissait contre la violence du châtiment que leur réserve celui-ci.

De surcroît, le début de la sourate englobe un appel sublime faite d’une voie éminente –choisissant Mohammed (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  pour porter l’illustre charge,  l’arrachant du sommeil, de son manteau et de la chaleur de son lit pour le mener au Jihâd, à la lutte et aux épreuves :
 
« O toi, le revêtu d’un manteau ! Lève-toi et avertis ».
 
        Tout se passe comme si l’on disait : « Ceux qui vivent pour eux-mêmes pourraient trouver le repos. Quant à toi qui portes ce lourd fardeau qu’as-tu à faire du sommeil ? Où trouveras-tu le repos ? Qu’as-tu à faire de la chaleur du lit, de la vie paisible et des commodités ? Debout ! Une grande affaire t’attend. Le lourd fardeau t’attend. Debout ! Au travail ! Fait des efforts, trime, fatigue-toi ! Debout ! Ce n’ait plus l’heure du sommeil et du repos ! Tu ne connaîtras désormais qu’insomnie continuelle et pénibles activités. Debout ! Prépare-toi pour cette affaire ! Sois prêt ».
 
        C’est donc une parole sublime et redoutable qui l’arracha de la chaleur du lit au cœur de la maison paisible, pour le pousser au large, entre les remous et les tempêtes, entre la pression et l’attraction que décrivaient la conscience des gens et la réalité de la vie.
 
Ainsi, le Messager d’Allah (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  se leva et ensuite resta debout pendant vingt ans au cours desquelles il ne connut ni repos, et ne vécut ni pour lui-même, ni pour sa famille. Il se leva et resta debout pour appeler à Allah et porter l’écrasant fardeau sans toutefois succomber, le fardeau de la grande loyauté, à la surface de cette terre, le fardeau de toute l’humanité, le fardeau de la croyance dans son entièreté, le fardeau de la lutte et du Jihâd.

A mener dans des domaines extrêmement variés. Le prophète (que la prière et la paix d’Allah soient sur lui)  passa plus de vingt ans dans une bataille rude et continue. Au cours de cette période rien ne le détourna de son objectif, à savoir depuis qu’il perçut l’appel haut et sublime et reçut, par ce biais, la large redoutable. Puisse Allah le rétribuer en bien au nom de toute l’humanité.

 
 

Extrait du livre “LE NECTAR CACHETE” du professeur Safi Ar-Rahman al-Moubarakfouri, professeur de l’université salafiya de l’Inde.
Edition Daroussalam (Ici, il n’y a qu’un extrait, je conseille les frères, et sœurs sincèrement de se le procurer.)

Source : Source Islam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *