L’Importance de la prière en son temps approprié

Leave a comment
Share Button
Shaikh Hussain Al-‘Awaisha

 

Allah le Glorifié dit :

« la prière demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés. » [1]

Al-Bukhari a dit : « aux temps (fixés) exposés. Il leurs a fixées des limites. »

Abû Amr As-Shaybani a dit : « Le propriétaire de cette maison – et il a indiqué la maison de ‘Abdullah (ibn Mas’ud) – a dit : J’ai demandé au messager (sallallahu alaihi wasallam) : qu’elle est l’action la plus aimée d’Allah ? Il (sallallahu alaihi wasallam) a dit : « La prière en son temps approprié. » Puis il a dit : Ensuite ? Il (sallallahu alaihi wasallam) a dit : « La conduite juste vers les parents. » Puis il a dit : Ensuite ? Il (sallallahu alaihi wasallam) a dit : « Le Jihad dans le chemin d’Allah. » Il (‘Abdullah) a dit : Il m’a informé de cela, si je lui avais demandé plus il m’en aurait dit plus. » [2]

Le messager (sallallahu alaihi wasallam) a expliqué dans ce hadith que la prière en son temps approprié est la plus aimée des actions et il (sallallahu alaihi wasallam) l’a mise avant la bonne conduite envers les parents et le jihad dans le chemin d’Allah. La preuve est l’utilisation de la particule (thuma) « Ensuite ». Cette particule est employée pour dénoter l’ordre et ceci est bien connu de gens de la langue arabe.

Al-Hafidh Ibn Hajr a dit dans Al-Fath : « Ibn Baziza a dit : « Ce qui exige l’étude est le placement du jihad au premier rang de toutes les actions du corps, est qu’il entraîne le sacrifice, à l’exception de la patience dans la préservation des prières obligatoires, leur accomplissement en leurs temps et aussi la bonne conduite envers les parents, chose nécessaire tout le temps. Personne ne peut rester patient dans l’observation (des droits) d’Allah à cet égard sauf les Siddiqun (les véridiques) et Allah est plus savant. »

Je dis : j’avancerai un exemple qui fera comprendre l’intention ici :

Un homme immergé dans son commerce et tous les autres engagements que cela entraîne et que Shaytan a réussi à tromper pour qu’il manque takbiratul-ihram (l’ouverture par le takbir de la prière en congrégation) ou une partie de la prière en congrégation. Vous venez à lui avec des textes du jihad dans le chemin d’Allah le Glorifié et aussi les histoires du courage des compagnons (radiallahu ‘anhum). Vous placez en lui l’aspiration pour le Paradis et le faites renoncer au monde. Il regarde le monde après que vous l’ayez averti et le voit petit et insignifiant. Il réfléchit sur l’au-delà et le voit grand et effrayant dans son âme. Donc il court vers un Jardin dont la largeur est comme la largeur du Ciel et de la Terre. Il se précipite pour écrire son testament, règle les droits qu’il doit à d’autres et dit adieu à sa famille et bien-aimés et se lance dans le voyage pour lutter. Il est tué comme un martyr dans le chemin d’Allah.

Si vous n’aviez pas appelé cet homme au jihad dans le chemin d’Allah, le Glorifié, mais l’aviez appelé à la préservation des prières, mentionné des textes qui causent l’inspiration et incitent à la crainte et les histoires qui ont de grands effets (sur l’âme), qu’auriez-vous vu de lui ?

Peut-être aurait-il répondu et pleuré sur ce qui est arrivé. Il aurait pris de fermes résolutions de préserver les prières en leurs temps et peut-être l’aurait-il fait quelques jours. Mais Shaytan vient et le tente, et ses engagements et rendez-vous augmentent, ses obligations et réunions atteignent de hautes dimensions et Shaytan obtient de lui ce qu’il a désiré. Il manque certains temps de prière et revient à lutter contre son âme pour l’aider contre Shaytan. Alors la même chose arrive à un autre temps et de cette manière il lutte constamment contre Shaytan, cinq fois par jour et la vie n’est rien d’autre que des jours et des jours…

C’est une bataille contre l’âme et l’exemple précédent est aussi une bataille contre l’âme. Mais qu’en est-il du premier par rapport au second ? Cet effort est une lutte d’une vie entière et cette lutte dure seulement une heure ou peut-être des jours, des mois ou des années. Mais dans n’importe laquelle des deux situations je dis : Dans les deux il y a du bien.

Je demande à Allah le Glorifié qu’Il me mette parmi ceux qui préservent les temps de prière et le khushu’, de même que tous Ses commandements et qu’Il me mette parmi les martyrs. Certes, Il a le pouvoir sur toute chose.

Mis’ab ibn S’ad a dit : « J’ai dit à mon père : ô mon père! As-tu réfléchi à ce verset : « ceux qui sont distraits dans leurs prières » [3]. Qui d’entre nous n’est pas distrait ? Qui d’entre nous ne converse pas avec son âme (pendant les prières) ? Il a dit : « Ce n’est pas ce qui est signifié. Cela fait référence à la perte du temps (correct) pour la prière. Un homme joue, (perdant son temps dans une conversation futile) jusqu’à ce que le temps de la prière passe. » [4]

Mussa ibn Isma’il a dit : « Mahdi relaté de Ghaylan qui a relaté d’Anas (radiallahu ‘anhu) qu’il a dit : « Je ne peux rien reconnaître (maintenant) des habitudes de l’époque du prophète (sallallahu alaihi wasallam). On lui dit : la Prière. Il dit : Ne faites-vous pas ce que vous faites en ce qui concerne la prière. » [5]

C’est à dire la retarder en dehors de son temps approprié.

‘Uthman ibn Abi Rawwad, le frère d’Abdul-Aziz a dit : « J’ai entendu Zuhri dire : « Je suis entré chez Anas ibn Malik à Damas et il pleurait. Donc je lui ai dit : Qu’est-ce qui te fait pleurer ? Il a dit : « Je ne reconnais rien de ce que je connaissais sauf cette prière et cette prière est été perdue/négligée. » [6]

Ibn Hajar a dit dans Fath ul-Bari : Al-Muhallib dit : « et la signification de « la perdre » est de la retarder en dehors son temps, recommandé, pas qu’ils l’exécutent en dehors de son délai fixé. » Ibn Hajar a divergé de cette explication qu’il mentionne dans son livre et dit que la signification est qu’il exécute la prière en dehors de son temps prescrit.

Je dis : le poète a dit vrai :

J’ai dit qu’ils sont tous deux amers (même) le plus doux des deux est amer.

Anas (radiallahu ‘anhu) a pleuré sur cette question et nous, que faisons nous. Quelle est cette chose qu’il nous est désirable de faire. Ne-nous convient-il pas de faire pousser les plantes avec nos larmes ?! En raison de notre négligence de la prière et du reste des ordres d’Allah.

‘Ubada ibn Samit (radiallahu ‘anhu) a dit : « Je témoigne que j’ai entendu le messager d’Allah (sallallahu alaihi wasallam) dire : « Allah Azzawajall a fait cinq prières obligatoires. Quiconque parfait ses ablutions, les prie en leurs temps appropriés et parfait le ruku’, le sujud et khushu’, a un accord avec Allah qu’Il lui pardonnera. Quiconque ne le fait pas, alors il n’a aucun accord avec Allah et si Allah veut, Il lui pardonnera et s’Il veut, Il le punira. » [7]

Ka’b libn Ujra (radiallahu ‘anhu) a dit : « Le messager d’Allah (sallallahu alaihi wasallam) est venu à nous et nous étions un groupe de sept, quatre d’entre nous étaient des esclaves libérés et les trois autres n’avaient pas été esclaves autrefois. Nos dos étaient contre le mur de la mosquée et il a dit : « Pourquoi vous asseyez-vous ? » Nous avons dit : Nous attendons la prière. Il (Ka’b) dit : Donc il s’est arrêté un moment, puis s’est retourné et a dit : « Savez-vous ce que votre Seigneur dit ? » Nous avons dit : Non. Il dit : « Certes votre Seigneur dit : « Quiconque accomplit la prière en son temps, la préserve de cette manière constamment et ne la perd pas en considérant sa vraie valeur comme étant insignifiante, a un accord avec Moi que Je le ferai entrer dans le Paradis. Et quiconque n’exécute pas la prière en son temps approprié, la préserve de cette manière constamment et la perd en considérant sa vraie valeur comme étant insignifiante, n’a aucun accord avec Moi. Si Je veux, Je le punis et si Je veux, Je lui pardonne. » [8]

‘Abdullah ibn Mas’ud (radiallahu ‘anhu) a dit : « Le prophète (sallallahu alaihi wasallam) passait devant ses compagnons un jour et leur a dit : « Savez-vous ce que votre Seigneur, le Béni et Glorifié dit ? » Ils dirent : Allah et Son messager savent mieux. Le messager dit ceci trois fois et dit ensuite (en citant la Parole d’Allah): « Par Mon Pouvoir et Magnificence, il ne les prie pas en leurs temps appropriés sans que Je le fasse entrer dans le Paradis et quiconque les prie en dehors de leurs temps, si Je veux, Je lui montre de l’indulgence et si Je veux, Je le punis. » [9]

Notes de bas de page :

[1] Sourate An-Nisa :103
[2] Rapporté par Al-Bukhari
[3] Sourate Al-Ma’un :5
[4] Rapporté par Abu Ya’la avec un isnad hassan et aussi dans Sahih At-Targhib wat-Tarhib, n°575.
[5] Rapporté par Al-Bukhari, Chapitre : Retarder la prière en dehors de son temps approprié.
[6] Rapporté par Al-Bukhari, Chapitre : Retarder la prière en dehors de son temps approprié.
[7] Rapporté par Malik, Abû Dawud, An-Nasa’i et Ibn Hibban l’a déclaré Sahih. Aussi dans Sahih ut-Targhib wat-Tarhib, n°396.
[8] Rapporté par At-Tabarani dans Al-Kabir et Al-Awsat, par Ahmad et aussi dans Sahih ut-Targhib wat-Tarhib, n°397.
[9] Rapporté par At-Tabarani dans Al-Kabir et aussi dans Sahih ut-Targhib wat-Tarhib, n°398.

Article tiré du site salafipublications.com

Source : As-Salat Wa Atharuha Fi Ziyadatil Iman

Traduit par Abu Iyad

Traduit en français par les salafis de l’Est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *