L’interdiction de rechercher la bénédiction auprès des arbres et des pierres

Leave a comment
saw
Share Button

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali

Abou Waqîd al-Laïthy t a dit :

خرجنا مع رسول اللهr إلى حنين ونحن حدثاء عهد بكفر ، وللمشركين سدرة يعكفون عندها وينوطون بها أسلحتهم يقال لها ذات أنواط ، فمررنا بسدرة ، فقلنا يا رسول الله اجعل لنا ذات أنواط ، كما لهم ذات أنواط فقال رسول اللهr :
 « الله أكبر إنها السنن قلتم والذي نفسي بيده ، كما قالت بنو إسرائيل لموسى :

 ]اجعل لنا إلهاً كما لهم آلهة قال إنكم قوم تجهلون [
 لتركبن سنن من كان قبلكم ».

لله حجاب.

« Nous sommes sorties en campagne avec le Messager d’Allah r en direction de Hounaïn[1], alors que nous avions à peine quitter la mécréance[2] et les polythéistes avaient un Cèdre[3], qu’ils nommaient Dhat Anwât, auprès duquel ils avaient l’habitude de faire une halte[4] et d’y accrocher leur armes[5]. Donc quand nous passâmes prés d’un cèdre, nous dîmes : « Ô Messager d’Allah désigne nous un Dhat Anwât, semblable à leur Dhat Anwât

Le Messager d’Allah r dit : « Allah est Le plus Grand ! Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main ! Vous venez de parler comme[6] les fils d’Isra-il l’avait fait avec Moûssa :« …désigne nous un Ilah (divinité qu’on adore) semblable à leurs Âliha (pluriel de Ilah). Il dit : Vous êtes certes un peuple  ignorant. » [S7V138]

Vous suivrez certes l’exemple de ceux d’avant vous ».

Rapporté  par Ahmad[7], at-Tirmidhy  qui l’authentifie[8], ‘Abdour-Razâq[9] , ibn Jarîr[10], ibn al Moundhir[11], ibn abi Hâtim[12] et at-Tabarâni[13].

Le Rapporteur du Hadith  (راوي الحديث )

Il est Abou Wâqid al-Laithi descendant de Laith  ibn ‘Abdil Manâf.  On dit que son nom est al-Harith ibn Mâlik, et on rapporte aussi ibn ‘Awf.

Al Jama’a (ici Ahmad, Boukhari, Mouslim, Abou Dawoud, an-Nassa-i, at-Tirmidhi et ibn Majah) l’ont rapporté selon lui et il y a deux hadiths rapporté dans les deux Authentiques (as-Sahihaïn)[14]

On dit qu’il a assisté à la bataille de Badr et d’autres disant qu’il s’est convertis lors de la conquête [de la Mecque]. 

Il est mort en l’année 68 A.H. alors qu’il avait 85 ans.

Le sens général du Hadith  (المعنى الإجمالي للحد يث )

Il y avait dans l’armée du Messager d’Allah r lors de la bataille de Hounaïn ceux qui était récemment entré dans l’Islam. Ils n’étaient pas encore fermement attachés à l’Islam et n’avaient pas une parfaite connaissance dans la compréhension du prêche islamique, de ses croyances et de ses principes fondamentaux, étant donné qu’ils sortaient tout juste d’une période de paganisme (al Jâhiliya) et d’association (Chirk). Ils sont passés près d’un peuple d’associateurs (Mouchrikîne) qui avaient l’habitude de s’installer autour d’un arbre, en recherchant ses bénédictions et en le glorifiant. Et puisque ces nouveaux musulmans avaient vu faire ainsi, alors ils ont demandé au Messager d’Allah r de leur désigner un arbre sur lequel ils pourraient accrocher leurs armes en recherchant ses bénédictions et non pas pour l’adorer. Ils pensaient que l’Islam  permettait ce genre de recherche de bénédiction (at-Tabarrouk) et qu’en même temps ils pourraient s’assurer la victoire sur leurs ennemis.

 Le messager d’Allah r fut stupéfait par cette étrange et étonnante demande ; ainsi il prononça son importante parole qui doit être considérée comme un enseignement pour sa communauté (Oumma) jusqu’au Jour du jugement (Yawm al Qiyama) :

« Allah est Le plus Grand !Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main ! Vous venez de parler comme les fils d’Isra-il l’avait fait avec Moûssa : « …désigne nous un Ilah (divinité qu’on adore) semblable à leurs Âliha (pluriel de Ilah). Il dit : Vous êtes certes un peuple  ignorant. »

 Qu’y a-t-il de plus approprié pour les musulmans que de comprendre cet enseignement ?

Qu’y a-t-il de plus approprié, plus particulièrement pour les savants que d’hurler cette parole retentissante face à la masse des gens et à leurs semblables, ceux qui cherchent des bénédictions auprès des vivants, des morts, des arbres et des pierres tout en pensant que ceci fait parti de l’Islam.

Et ceux qui ne craignent pas Allah, qui n’espèrent ni en Allah ni au Jour dernier leur embellissent cela. Parmi eux, il y a les esclaves de la richesse et Al jah[15] dignité ceux qui exploitent les sentiments des ignorants et des naïfs et qui les raffermissent sur la nullité (ou fausseté : al Bâtil) et les poussent à combattre la vérité et le Tawhid.

Les Morales du Hadith  (ما يستفاد من الحدي ث )

  1. L’interdiction de ressembler aux gens du paganisme (al Jâhiliya).
  2. Le prophète a comparé leur demande à celle des fils d’Isra-il.
  3. Les fils d’Isra-il s’ils sont blâmés pour une action et  bien cette communauté le sera également si elle commet une telle action.
  4. Ce hadith rapelle la règle : « Sadd ad-Dharâ-i’ »[16]

Il contient un signe parmi les signes de la prophètie puisque ce ceci est arrivé.

tout comme l’a informé le prophète .

  • 5.     Il contient la crainte du Chirk et une preuve que l’homme peut rendre bien une chose en pensant se rapprocher d’Allah par celle-ci alors qu’elle est plus prompt à l’éloigner de Sa miséricorde et à le rapprocher de Son Mécontentement.).

[1] C’est un endroit près de La Mecque.
[2]
C’est à dire qu’ils avaient récemment quitter la mécréance
[3]
C’est une certaine catégorie d’arbre.
[4]
C’est le fait de stationner à un endroit.
[5]
C’est à dire qu’ils y accrochaient leurs armes en espérant la bénédiction.
[6]
C’est à dire les chemins et les voies.
[7]
Vol. 5, p. 228.
[8]
Kitaboul fitan no. 2180, vol. 4, p. 475.
[9]
Vol. 11, p. 329, no. 20763.
[10]
Vol. 9, p. 45-46.
[11]
Voir Ad-dur al manthour vol. 3 p. 533.
[12]
ibid.
[13]
Vol. 3, p. 275, no. 3290-3294.
[14]
C’est à dire Sahih al Boukhari et Sahih Mouslim, les traducteurs.
[15]
Al jah : être proche d’un gouvernant ou de quelqu’un d’important.
[16]
« Sadd ad-Dharâ-i’ » c’est l’interdiction de quelque chose parce que cela mène à l’interdit, les traducteurs.

 

Mise en garde contre l’ignorance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *