L’union des musulmans et son impacte pour repousser les troubles

Leave a comment
Clock
Share Button

(( اجتماع الكلمة وأثره في دفع الفتن ))

بسم الله الرحمن الرحيم
Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louange à Allah, le Seigneur des mondes ; Que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et l’ensemble de ses compagnons.

Sheikh Salih Al-Fawzan Ibn Abdillah Al-Fawzan


Voir la vidéo Format (mp4) | Télécharger | 1h 30 min

 

Ceci dit :

Comme vous venez de l’entendre, le thème de cette conférence est sur la manière d’arriver à l’union des musulmans et l’impacte de cela pour refouler les fitan et résister aux troubles. Il ne fait aucun doute que les fitan ont secouées la première des créatures, elles ont touchées Adam – que la paix soit sur lui – ainsi que son épouse, elles ont touchées les enfants d’Adam et elles ne cesseront de le faire et de se multiplier vers la fin des temps : Allah – Louange à Lui, Le Très Haut – dit : Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux « Alif, Lâm, Mîm. * Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire: «Nous croyons!» sans les éprouver? * Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; [Ainsi] Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. » [S29 .v1/3]. En effet, les fitan se manifestent comme vous venez de l’entendre (pendant la prière) dans la récitation de l’imam – qu’Allah lui donne la réussite : « Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, * qui disent, quand un malheur les atteint: «Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons. * Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés. » [S02 .155/157].

Allah fait courir les fitan, afin que le croyant véridique dans sa Foi se démarque, celui qui est ferme sur sa religion, celui qui patiente face au mal provenant de l’hypocrite menteur qui s’écarte de sa religion dès l’arrivée des fitan, qui ne patiente pas et qui ne se montre pas ferme : « Il en est parmi les gens qui adorent Allah marginalement. S’il leur arrive un bien, ils s’en tranquillisent, et s’il leur arrive une épreuve, ils détournent leur visage, perdant ainsi (le bien) de l’ici-bas et de l’au-delà. Telle est la perte évidente! » [S22 .v11]. L’hypocrite ne connait pas la stabilité à l’apparition des fitan, parce qu’il n’a pas la Foi dans son cœur qui va le rendre ferme, il prétend l’Islam uniquement pour ses intérêts mondains, dès que les fitan se manifestent, son cas est dévoilé et son secret est découvert.

C’est de par la sagesse d’Allah que descendent les fitan pour que l’on puisse faire la distinction entre celui là et celui là, pour que les gens ne puissent pas se montrer sous une seule apparence, au point de ne plus faire la distinction entre le croyant sincère et l’hypocrite menteur. Ceci est la Sounna d’Allah – Louange à Lui, Le Très Haut – dans Sa création. Les fitan viennent, se renouvellent et lorsqu’elles font leur apparition, les gens de la Foi et de la vérité demeurent fermes jusqu’à ce qu’elles passent et parvient à eux le secours d’Allah, jusqu’à ce soit dévoilé l’hypocrite et le menteur qui convoitent des intérêts mondains. L’hypocrite délaisse aussitôt sa religion qu’il laissait apparaitre, dès que ces intérêts mondains disparaissent (s’éloignent de lui). Ceci est la sagesse d’Allah – Exalté Soit-Il : « Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire: «Nous croyons!» sans les éprouver? » [S29 .v2]. Les fitan se perpétueront et se multiplieront vers la fin des temps, comme l’a révélé le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) : « Hâtez-vous d’accomplir des bonnes œuvres, car il y aura des troubles aussi noirs qu’une nuit très sombre, où l’homme se réveillera croyant et se retrouvera le soir mécréant, et le soir il est croyant et se réveillera mécréant; il fera un troc de sa religion contre les biens du bas monde » [Sahîh Mouslim (La Foi) (118), Sounan At-Tirmidhî (Les Séditions) (2195), le Mousnad de *Ahmad ibn Hanbal (2/390).].

Les fitan deviendront nombreuses et vers la fin des temps, elles seront aussi noires qu’une nuit très sombre. Toutefois, les causes permettant le salut face aux fitan sont le Livre d’Allah d’Allah – Louange à Lui, Le Très Haut – et la Sounna de Son Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui), l’union des musulmans sous l’autorité de leurs dirigeants et de leur gouverneur et le rattachement au groupe des musulmans. Parmi les plus grands moyens conduisant à la protection contre les fitan – avec la permission d’Allah – c’est le rattachement au groupe des musulmans et à l’imam (Ndt : celui qui détient le pouvoir) des musulmans, c’est pour cela que lorsqu’Abou Hudhayfa Ibn Al-Yémen (qu’Allah soit satisfait de lui) questionna le Messager d’Allah (paix et bénédictions d’Allah sur lui) au sujet des fitan, il (paix et bénédictions d’Allah sur lui) l’informa du flot des fitan (qui se succéderaient), qu’après le bien (l’Islam), viendrait la mal qui sera suivi du bien qui sera suivi du mal et à la fin du hadith, il (paix et bénédictions d’Allah sur lui) dit : ” Des prédicateurs aux portes de l’Enfer. Ceux qui répondent à leur appel vers l’Enfer, ils l’y jetteront “. Abou Hudhayfa dit : ” Que m’ordonnes-tu si je vis jusqu’à vivre cela ? “. Il (paix et bénédictions d’Allah sur lui) dit : ” Tu t’attaches au Groupe des musulmans et à leur imam “. Il (paix et bénédictions d’Allah sur lui) dit : “ Isole-toi de tous ces groupes et ce même si tu mords la racine d’un arbre jusqu’à ce que te vienne la mort alors que tu es dans cet état ” [Rapporté par Al-Boukhari n°3606 et Mouslim n°1847]. Cela montre que le rattachement au groupe des musulmans, fait partie des causes qui préviennent des fitan – avec la permission d’Allah (Louange à Lui, Le Très Haut).

C’est pour cela qu’Il (Allah) a dit : « Et cramponnez-vous tous ensemble au «Habl» (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés; et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous: lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères. Et alors que vous étiez au bord d’un abîme de Feu, c’est Lui qui vous en a sauvés. Ainsi Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés. * Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. * Et ne soyez pas comme ceux qui se sont divisés et se sont mis à disputer, après que les preuves leur furent venues, et ceux-là auront un énorme châtiment. » [S03 .v103/105]. Allah – Glorifié Soit-Il – a ordonné de se cramponner à Son «Habl» (câble) qui est le Coran et la Sounna prophétique : « Et cramponnez-vous tous ensemble au «Habl» (câble) d’Allah et ne soyez pas divisés », car la division est un châtiment et l’union est miséricorde. Il (Allah) leur rappelle ensuite l’état dans lequel ils étaient pendant la période de l’ignorance (la jahiliya), avant l’envoi du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui). En effet, ils vivaient dans l’ignorance, ils étaient divisés, c’étaient des ennemis et des adversaires, ils s’entre-tuaient, ils se volaient les uns les autres, ils dépouillaient les biens des uns et des autres : voilà ce qu’était leur quotidien pendant la période de l’ignorance. Ils vivaient dans le chaos parce qu’ils n’avaient pas de chef (à leur tête) pour les rassembler, ni de groupe pour les réunir, ils étaient dispersés. Chaque tribu jugeait avec ses propres lois, le plus fort exploitait le plus faible sans que ce dernier ne puisse trouver un quelconque soutien, car il n’y avait pas d’imam ni de gouverneur (à leur tête) chez qui il irait se plaindre. Chaque clan s’attaquait à l’autre, même au sein d’une même tribu, les enfants de l’oncle se faisaient la guerre. Voilà à quoi ressemblait leur société et leur quotidien durant la période de l’ignorance.

Ils étaient sur une fausse croyance, ils adoraient les statuettes, les arbres, les tombeaux, les saints, les anges, les prophètes, ils adoraient en dehors d’Allah ce en quoi Il n’a fait descendre aucune preuve. Leur croyance, c’était le polythéisme (Shirk), leur économie, c’était l’anarchie. Ils étaient injustes les uns envers les autres, ils n’avaient pas de ressources financières (pour vivre), leur subsistance était le fruit de leurs incursions qu’ils menaient les uns contre les autres et sur la jalousie que chaque clan nourrissait l’un envers l’autre. En société, ils étaient dispersés, divisés, c’étaient des ennemis et des adversaires. Quant à leur nourriture et leurs boissons, ils se nourrissaient de la bête morte et de sang, ils buvaient les boissons enivrantes (vins), ils pratiquaient l’usure en multipliant démesurément leur capital ; voilà ce qu’était leur situation économique. Ils n’avaient aucune attache pour les réunir, mais lorsqu’Allah envoya Son Prophète Muhammad (paix et bénédictions d’Allah sur lui) et les appela à l’Islam, à l’abandon du polythéisme (Shirk), à unifier à Allah –Exalté Soit-Il – dans l’adoration, alors certains d’entre eux ont répondu (à l’appel), c’est ainsi que l’union s’établie et qu’il se forma un groupe. Ils se sont regroupés sous l’autorité d’un seul chef, sous l’autorité du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) et c’est ainsi qu’Allah paracheva son bienfait sur eux : « et rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous: lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs » [S03 .v103]. Il (paix et bénédictions d’Allah sur lui) les a sortis de l’anarchie, de l’ignorance et du paganisme, pour (les faire rentrer dans) l’Islam avec tout ce que cela renferme comme immense bien. Allah leur a donc rappelé cela, Il (Allah) les a mis en garde contre la désunion et le retour à la discorde qui fait partie de l’ignorance, Il (Allah) leur a commandé de préserver leur unité, leur pays et leur groupe. L’union est donc un bien, tant qu’elle est basée sur la vérité et qu’elle est basée sur la religion correcte, cela est effectivement un bien.

La division est un châtiment, Allah leur également rappelé cela et les a mis en garde contre. Dans d’autres versets, Allah – Louange à Lui, Le Très Haut – a montré par quel moyen s’obtient la sécurité, après la peur et par quel moyen s’obtient l’apaisement, Il – Louange à Lui, Le Très Haut – dit : « Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant, » [S22 v.40] ; « ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Salât, acquittent la Zakât, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. Cependant, l’issue finale de toute chose appartient à Allah. » [S22 v.41] ; « Allah a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres qu’Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l’a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu’Il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité. Ils M’adorent et ne M’associent rien. » [S24 v.55]. C’est cela qui les a rassemblé, c’est l’adoration d’Allah Seul et le délaissement du polythéisme, c’est la parole : “ لا إله إلا الله – il n’y a pas de divinité en dehors d’Allah” qui les a rassemblés. Elle a réuni les tribus rivales, elle a rassemblé les arabes et les non-arabes, elle a uni Salman, Bilal, Souhayb à Abou Bakr, ‘Omar, ‘Ali et à l’ensemble des compagnons. Ils sont tous devenus des frères qui s’affectionnent beaucoup, des frères qui s’aiment malgré leur différence de langage, malgré leur couleur de peau, malgré la tribu et le peuple (à laquelle ils appartenaient). C’est cette parole de Tawhid “ لا إله إلا الله محمد رسول الله – il n’y a pas de divinité en dehors d’Allah, Muhammad est le Messager d’Allah ” et la mise en pratique de ce qu’elle contient, qui les a rassemblés : « qu’Ils M’adorent et ne M’associent rien ».

Dans un autre verset, Allah dit à Son Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) : « Il a uni leurs cœurs (par la foi). Aurais-tu dépensé tout ce qui est sur terre, tu n’aurais pu unir leurs cœurs; mais c’est Allah qui les a unis, car Il est Puissant et Sage. » [S08 .v63], En effet, c’est Lui (Allah) qui a uni leurs cœurs par le Tawhid, par la parole de l’unicité rassemblant l’unicité d’Allah dans la Seigneurie et l’adoration, alors qu’auparavant ils adoraient les statuettes, les arbres… alors qu’ils étaient divisés dans leurs adorations. Ensuite, ils se sont mis à adorer Allah – Glorifié Soit-Il, Celui qui les a créé et qui pourvoit à leur subsistance. Allah – Exalté Soit-Il – les a donc rassemblés par le Tawhid et par le fait d’unifier à Allah dans l’adoration et l’abandon du paganisme (Shirk), des innovations et des nouveautés (dans la religion). C’est pour cela que le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a exhorté (les gens) à ce qu’ils fassent perdurer ce bienfait en disant : « Certes, Allah agrée pour vous trois choses : que vous L’adoriez sans rien Lui associer, que vous vous attachiez tous ensemble au Habl (câble) d’Allah sans vous diviser et que vous conseillez celui qu’Allah a rendu responsable sur vous » [Rapporté par Mouslim, chapitre « Les jugements » (hadith 4587), Malik (hadith 1833) et Ahmed (hadith 9034). Ce hadith est jugé authentique par Al-Albani dans « Sahih Al-Jami`» (hadith 1895).]

Trois choses rassemblent tout le monde :

1) La première chose : C’est que vous L’adoriez sans rien Lui associer. Il s’agit de la croyance, seule la croyance correcte rassemble les gens : que vous L’adoriez sans rien Lui associer.

2) La deuxième chose : C’est que vous vous cramponnez tous au Habl (câble) d’Allah sans vous diviser. Le Coran et la Sounna, les deux sont vos imams vers lesquels vous devez revenir lors d’un désaccord : « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. » [S04 v.59]. Le désaccord se règle par le retour au Livre (d’Allah) et à la Sounna, il ne se règle pas avec les coutumes, les habitudes, les traditions tribales, ainsi que les lois et les décrets humains. Ce qui tranchera en cas de divergence et unira les cœurs, c’est le retour au Livre (d’Allah) et à la Sounna. Ça fait deux (choses).

3) La troisième chose : C’est de conseiller celui qu’Allah a rendu responsable sur vous. Le bon conseil (envers le gouverneur) signifie l’écoute et l’obéissance au gouverneur, cela fait partie du bon conseil que d’écouter et d’obéir au gouverneur, (c’est-à-dire) à celui qui est responsable des affaires des musulmans. Egalement, le fait que les travaux assignés à l’employé et au responsable soient accomplit, fait partie du bon conseil au gouverneur. Le fait que les tâches professionnelles qui t’ont été assignées par le gouverneur soient accomplit comme il se doit, cela aussi fait partie du bon conseil.

Quant à celui qui triche dans son travail et qui ne remplit pas (correctement) sa tâche, celui-là trompe le gouverneur et les musulmans : « de conseiller celui qu’Allah a rendu responsable sur vous ».

Fait partie du bon conseil envers le gouverneur, celui de lui transmettre le conseil, car c’est un être humain. Il a besoin que quelqu’un le soutienne, que quelqu’un lui explique, que quelqu’un l’informe des choses qui comportent un danger pour la communauté. Il doit être informé de ces problèmes-là pour qu’il puisse les régler et les traiter. Comment veux-tu sinon ? Il ne connait pas l’inconnaissable et il ne peut pas savoir, c’est donc pour cela qu’il est obligatoire de lui promulguer le conseil dans tout ce qui peut corriger les choses et repousser ce qui peut être dommageable : « que vous conseillez celui qu’Allah a rendu responsable sur vous ».

Dans l’autre hadith, lorsque le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) fit un sermon éloquent qui fit couler les larmes et remplit les cœurs de crainte, ils dirent alors : « Ô messager d’Allah ! On dirait le sermon de quelqu’un qui fait ses adieux » – ils comprirent alors que sa mort était proche. « Fais-nous donc quelques recommandations » : cela fait partie des habitudes du musulman de donner des recommandations avant de mourir ou à l’approche de sa mort, il le fait à ceux qui resteront après lui, il leur recommande la crainte pieuse (Taqwa) d’Allah, les réformes des choses… ; « Fais-nous donc quelques recommandations », il (paix et bénédictions d’Allah sur lui) dit : « Je vous recommande de craindre Allah » – la première chose consiste à la réforme de la croyance : « Je vous recommande de craindre Allah, d’écouter et d’obéir » – après (la recommandation) la crainte pieuse (Taqwa) d’Allah, vient l’écoute et l’obéissance à celui qu’Allah a rendu responsable sur vous, l’écoute et l’obéissance uniquement dans ce qui est convenable. Pas dans la désobéissance (à Allah), ce n’est pas permis aux créatures d’obéir au gouverneur ou à autre que lui, car le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit : « Il n’y a pas d’obéissance à une créature dans la désobéissance au créateur » [Rapporté par Ahmed et authentifié par Sheikh Al-Albani dans Sahih Al-Jami’ n°7520] ; le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit encore : « L’obéissance n’est possible que dans ce qui est convenable » [Rapporté par Al Boukhari n° 7145 et Mouslim n°1840.]. Si le gouverneur viendrait à ordonner d’accomplir un acte de désobéissance, alors il ne faut pas lui obéir dans cela et lui porter conseil.

Toutefois, cela ne veut pas dire que nous devons nous soulever contre lui, mais seulement délaisser l’acte (de désobéissance) et ne pas lui obéir dans cela. Nous lui obéissons dans tout le reste, dans les choses qui ne comportent pas de désobéissance (à Allah), nous le faisons pour que les choses avancent. « d’écouter et d’obéir même si votre émir est un esclave. » – vous ne devez pas mépriser celui qui détient l’autorité, quel qu’il soit parce que le plus important ce n’est pas sa personne, mais c’est la place qu’il occupe. « même si votre émir est un esclave. » – vous ne devez donc pas mépriser celui qui détient l’autorité ou parler sur lui en tenant des propos qui viendraient à affaiblir son autorité. Voyez plutôt son administration (le poids de ses responsabilités) et ne regardez pas sa personne.

« même si votre émir est un esclave. » – ensuite, le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) expose ce qu’il redoute pour la communauté : « Celui d’entre vous qui vivra, verra de grandes divergences. » – des divergences entre les gens, des divergences d’opinions et de pensés. Cela est dans la nature humaine. Nous disons que si divergence il y a, c’est qu’elle est dû à la nature humaine. Cependant, cela reste conditionné par le retour au Livre d’Allah et la Sounna de Son Messager : « Suivez ma Sounna » – ce qui est voulu par la Sounna du Messager, c’est son chemin et ce sur quoi il était (paix et bénédictions d’Allah sur lui) : la science et la mise en application (les bonnes actions). « Suivez ma Sounna et la Sounna des califes bien guidés après moi. » – ceux à qui revient la charge, on ne doit pas dire le Messager est mort, c’est fini, chacun suit ce qu’il veut, on n’obéi pas aux gouverneurs après lui (paix et bénédictions d’Allah sur lui).

« et la Sounna des califes bien guidés » – ce sont les successeurs des prophètes, les détenteurs du pouvoir ; « et la Sounna des califes bien guidés après moi. Accrochez-vous y, mordez-y avec vos molaires. » – ceci est une confirmation qui vient à la suite d’une autre confirmation, accrochez-vous à la Sounna du Messager et à celle des califes après lui, les califes bien guidés ; « Accrochez-vous y, mordez-y avec vos molaires. » – la personne qui va se noyer alors qu’elle se trouve dans une eau profonde, elle s’agrippe à une corde. Elle ne peut être sauvée de cette noyade que si elle s’accroche fermement à cette corde. Il n’y a pas d’autre moyen que celui-là, si la personne lâche la corde, alors elle se noie. Il (Allah) compare les gens, au moment des fitan, à la personne qui risque de se noyer dans les profondeurs de la mer. A quoi va-t-elle s’agripper ? Elle n’a d’autre choix que de s’agripper à la corde ou alors elle se noie. C’est la même chose lors des fitan qui ressemblent à de grosses vagues en mer – et nous cherchons refuge auprès d’Allah. Qu’est-ce qui permet d’en être sauvé ? C’est la corde ! C’est la corde du salut ! (Et) quelle est cette corde du salut ? C’est la Sounna du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) : « Et cramponnez-vous tous ensemble au «Habl» (câble) d’Allah » [S03 .v103], c’est le «Habl» (câble), c’est le Livre (d’Allah) et la Sounna, ce sont eux qui représentent cette corde, la corde du salut.

« Accrochez-vous y, mordez-y avec vos molaires. Et prenez garde aux nouveautés (dans la religion) [Muhdâthat] », ce sont les innovations et les mythes qui viennent s’opposer à la Sounna du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui), car cela est néfaste pour celui qui les suit : « “Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc; et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie.” Voilà ce qu’Il vous enjoint. Ainsi atteindrez-vous la piété. » [S06 .v153] ; « Accrochez-vous y, mordez-y avec vos molaires. Et prenez garde » – ceci est une mise en garde, une mise en garde sévère qui montre qu’il y aura des innovations et des nouveautés (dans la religion) ainsi que des gens qui vont appeler à elles, des gens vont les embellir aux yeux d’autres et les désintéresser de la Sounna du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui), ceci n’est une épreuve et un test: « Accrochez-vous y, mordez-y avec vos molaires. Et prenez garde aux nouveautés (dans la religion) [Muhdâthat], car toute nouveauté est une innovation et toute innovation est un égarement » – toute nouveauté dans la religion qui ne repose pas sur une preuve tirée du Livre d’Allah et de la Sounna de Son Messager, c’est une innovation même si ses protagonistes la nomment “Sounna” et que c’est un soi-disant bien, cela n’est ni plus ni moins qu’une innovation et toute innovation est égarement. Il n’y a pas de bonne innovation, toutes les innovations sont égarement. Celui qui prétend qu’il y a une bonne innovation, c’est quelqu’un qui est dans l’erreur, cela n’existe pas. Le Messager dit : « toute innovation est un égarement », ce qui prouve qu’il n’y a pas de bonnes innovations « toute nouveauté est une innovation et toute innovation est un égarement » et dans une autre version : « Et tout égarement est dans le Feu » [Rapporté par At-Tirmidhi], elle est condamné au Feu – et nous cherchons refuge auprès d’Allah : « et ne suivez pas les sentiers qui vous écartent de Sa voie » ; ” Des prédicateurs aux portes de l’Enfer. Ceux qui répondent à leur appel vers l’Enfer, ils l’y jetteront “.

Il n’y a donc pas de salut sauf si on s’accroche au Livre d’Allah et à la Sounna de Son Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui). Il n’y a pas de salut sauf dans cela, peu importe ce qui se dit, ce n’est que pure mensonge et calomnie, il ne peut y avoir de salut qu’en s’accrochant au Livre d’Allah, à la Sounna de Son Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) et à celle des califes bien guidés : Abou Bakr, ‘Omar, ‘Outhman et ‘Ali (qu’Allah soit satisfait d’eux tous), parce qu’ils étaient sur la même voie que celle du Prophète, ils l’ont reproduit (ils l’ont fait revivre) et se sont cramponnés à elle. Ceux qui sont à même de mieux représenter les suiveurs de la Sounna, ce sont les califes biens guidés (qu’Allah soit satisfait d’eux tous) après le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui); Allah – Glorifié Soit-Il – dit : « Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils L’agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès! » [S09 .v100]. Après les califes bien guidés, suivent le reste des compagnons parmi les Emigrés et les Auxiliaires, les siècles dont le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a fait les éloges : « Le meilleur des siècles est le mien, puis celui qui le suit, puis celui qui suit ce dernier », trois siècles après le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) durant lesquels ils étaient cramponnés au Livre et à la Sounna comme il se doit. Nous devons donc les prendre en exemple et emprunter leur chemin, suivre leur voie pour pouvoir échapper aux fitan, parce qu’elles sont déchaînées et ne font qu’augmenter à chaque nouveau siècle. Plus le temps sera long, plus les fitan s’intensifieront, et ce jusqu’à l’approche de l’Heure. Elles seront plus importantes à l’approche de la fin des temps – (et il n’est de force ni de puissance qu’en Allah !). Il y aura des fitan sévères, de grands troubles qui viendront vers la fin des temps, celui qui ne se cramponnera pas au Livre et à la Sounna, s’égarera et sera perdu ; Allah – Exalté Soit-Il – dit : « O les croyants! » – Il (Allah) nous interpelle : « O les croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. » [S04 .v59], après l’obéissance à Allah et celle du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui), vient l’obéissance à celui qui détient le pouvoir parmi vous, c’est-à-dire parmi les musulmans : le gouverneur musulman, cela fait partie des choses qui préserve des fitan :

1/ L’obéissance à Allah.

2/ L’obéissance à Son Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui).

3/ L’obéissance aux gouverneurs des musulmans et ceux d’entre vous qui détiennent le commandement.

Même s’il devait y avoir divergence et différence de points de vue, chose qui fait partie de la nature humaine, Allah dit : « Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager » – à Allah, c’est-à-dire au Livre d’Allah et au Messager, et après sa mort il faut revenir à sa Sounna (paix et bénédictions d’Allah sur lui) parce qu’il a dit : « Suivez ma Sounna » et de son vivant, on revenait (directement) à lui (paix et bénédictions d’Allah sur lui). Mais depuis sa mort, on doit revenir à sa Sounna : « Suivez ma Sounna ».

« Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. » : Celui qui ne revient pas au Livre d’Allah et à la Sounna de Son Messager pour régler les conflits, les rivalités et les désaccords, celui-là n’est pas un croyant : « si vous croyez en Allah et au Jour dernier » – (c’est-à-dire) le jour de la résurrection. « Ce sera bien mieux… » – (c’est-à-dire) renvoyer cela au Livre d’Allah et à la Sounna de Son Messager est bien mieux : « c’est de meilleure interprétation (et aboutissement). » – (c’est-à-dire) que l’issue et la suite seront meilleures. Quant à celui qui renvoi à autre que le Livre d’Allah et à la Sounna de Son Messager, qui a recourt aux lois humaines, aux coutumes tribales…et ainsi de suite, celui-là sera perdu et s’égarera, il ne résoudra pas le conflit (en fin de compte). Il n’y a pas d’autre solution pour le résoudre un quelconque désaccord autre que celui de revenir au Livre (d’Allah) et à la Sounna de Son Messager, cela est bien connu. C’est une réalité qui ne peut être contesté et c’est désormais une chose expérimentée également. « Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement). » : Ceci est la recommandation d’Allah –Glorifié Soit-Il, pour nous : « Certes, Allah agrée pour vous trois choses : que vous L’adoriez sans rien Lui associer, que vous vous attachiez tous ensemble au Habl (câble) d’Allah sans vous diviser et que vous conseillez celui qu’Allah a rendu responsable sur vous ».

L’union passe par ces choses-là : avant tout, par la réforme de la croyance, car tant que les gens seront encore dans le polythéisme (Shirk) et reproduiront les innovations et les nouveautés (dans la religion), leur situation ne s’améliorera pas et leurs conflits ne trouveront pas de solution, au contraire, ils augmenteront comme cela était le cas durant la période de l’ignorance. La première chose à faire, c’est de reformer la croyance, car c’est pour cela que tous les messagers, le dernier parmi eux étant Muhammad (paix et bénédictions d’Allah sur lui), la première chose par laquelle ils ont commencés leur pêche, fut par la réforme de la croyance : « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé » [S04 .v36]. La croyance (saine), c’est la première chose à laquelle ils ont appelés, parce que c’est elle qui va réformer la société, c’est autour d’elle que les cœurs se rassemblent et c’est par elle qu’ils vont s’unir : une seule croyance, c’est-à-dire la croyance du Tawhid : la croyance en Allah et en Son messager, en plus de retourner au Livre et à la Sounna lors des divergences, à chaque instant, en tout temps et à chaque génération. Il n’y a que ces choses qui peuvent résoudre les problèmes : l’obéissance à Allah, l’obéissance à Son Messager, l’obéissance au gouverneur des musulmans, revenir au Livre d’Allah et à la Sounna de Son Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) lors des conflits et des divergences. Ce sont ces choses-là qui préservent des fitan, tout comme les gens ne peuvent pas se réformer sans être à l’intérieur du groupe (rassemblés) et pour que ce groupe soit uni, il lui faut un gouverneur à sa tête. Le désordre ne peut pas changer les gens, (avec cela) ils n’atteindront jamais leur but, ils doivent être tous sous un commandement et ce commandement est représenté par ceux qui détiennent le pouvoir. L’union est donc obligatoire et il faut réprouver la désunion, mais cela n’est possible qu’avec la présence d’un gouverneur autour duquel les gens vont se regrouper, ceci est une nécessité. Et pour que le gouverneur puisse exercer convenablement sa tâche, son écoute et son obéissance sont indispensables.

Il n’y a de bien que dans le (rattachement) au groupe, il ne peut y avoir de groupe sans autorité et il ne peut y avoir de autorité sans écoute et sans obéissance, ceci est nécessaire. C’est pour cela que l’union ne peut se construire qu’à travers une autorité et des responsables possédant le pouvoir pour diriger les gens. C’est eux qui mettront fin aux problèmes et aux difficultés en revenant au Livre d’Allah et à la Sounna de Son Messager. L’application (des lois) de la Législation (Shari’a), c’est ce qui réforme les gens et met fin aux conflits, c’est ce qui rapproche les cœurs et satisfait les gens. Seul le Livre et la Sounna peuvent satisfaire les gens, quoique tu fasses comme efforts à travers ces systèmes, avec ces lois, avec ces coutumes, cela ne peut satisfaire les gens car ce ne sont des points d’homme comme les leurs. Quant au Livre et à la Sounna, cela provient d’Allah et de Son Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui), personne ne peut prendre la parole après le Livre et la Sounna et personne ne peut contester le Livre d’Allah et la Sounna, à part le mécréant ou l’hypocrite. Quant au croyant, quel qu’il soit, même si sa foi est faible, même s’il est pervers ou injuste, il se contentera du Livre et de la Sounna, tant qu’il est croyant, il se contentera du Livre et de la Sounna. Les gens ne seront jamais satisfaits, leur problèmes jamais résolus, leurs conflits ne connaîtront pas de fin, si ce n’est sous le commandement d’un pieux et une référence fiable vers laquelle on revient sans cesse : l’autorité pieuse, c’est le gouverneur des musulmans. Nous ne disons pas qu’il faut qu’il soit parfait, qu’il n’y a rien à redire (aucune remarque à faire à son sujet) et qu’il ne peut pas commettre d’erreurs, non ! La personne n’est qu’un être humain. Cependant, tant qu’il est musulman et qu’il n’a pas renié la Foi, alors son obéissance est obligatoire : écouter et obéir, pas pour sa personne, mais pour (l’unité) des musulmans.

C’est pour cela que le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a commandé d’obéir aux gouverneurs, même s’ils se montrent tyranniques et injustes, même s’ils désobéissent (à Allah), « excepté si vous voyez un Koufr clair, au sujet duquel vous possédez une preuve venant d’Allah ». Le gouverneur, n’est pas quelqu’un d’infaillible, il commet des erreurs, il renferme certaines choses, tant que cela ne dépasse pas les limites de la mécréance, conformément à ce qu’a indiqué le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) au sujet des contradictions provenant gouverneurs vers la fin des temps ; ils dirent : « Ô messager d’Allah, ne devons-nous pas les combattre ? » – c’est-à-dire se soulever contre eux. Il dit : « Non ! Tant qu’ils font établir la Salat parmi vous. », tant qu’ils font la Salat et que leur croyance est saine, leur obéissance est obligatoire même s’ils ont des actes de désobéissance et des contradictions, ceci dans le cadre de l’union (des musulmans) et pour unifier leur rang.

C’est pour cela que lorsque le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) décéda et que les musulmans furent affectés par sa mort (paix et bénédictions d’Allah sur lui), ils ne se sont occupés pas de ses funérailles, ni de son lavage (mortuaire), ni de son linceul et ni de la prière funéraire sur lui, qu’après avoir mis en place le calife. À sa mort, ils se réunirent et se consultèrent mutuellement, puis leur choix s’est porté sur Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui). Ils le nommèrent calife à leur tête, derrière le Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui), après cela ils se sont consacrés aux funérailles du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui), à son lavage (mortuaire), à l’envelopper dans son linceul, à accomplir la prière funéraire sur lui et à son enterrement. Ceci montre l’importance des gouverneurs, parce qu’il n’est pas permis de laisser passer une heure, ou une journée, ou un mois sans un gouverneur à la tête des musulmans. Parce que sans chef à la tête des musulmans, ils se disperseraient, ils se montreraient injustes les uns envers les autres, l’ennemi (de l’extérieur) les attaquerait. C’est en présence du gouverneur, qu’Allah protège les musulmans à travers lui, parce que les musulmans se rassemblent autour de lui et forment un seul groupe (soudé), c’est comme cela que se concrétisent leurs intérêts et que s’installe la sécurité. Le gouverneur empêche les injustes de commettre des injustices, il donne aux ayants droits ce qui leur reviennent, il fait appliquer les sentences qui découragent les criminels, il fait appliquer la sentence prévue pour l’apostat qui a renié la religion d’Allah, il fait appliquer la punition prévue pour celui qui tue intentionnellement, par excès ; il fait appliquer la punition prévue pour le voleur, il fait appliquer la punition prévue pour la fornication sur le fornicateur, il fait appliquer la punition prévue pour la fornication sur celui qui lance de fausses accusations, il fait appliquer la punition prévue pour le banditisme sur les brigands. C’est pourquoi le sang des musulmans, leurs biens, leur honneur sont protégés. Ceci ne peut se concrétiser qu’en présence du gouverneur à la tête des musulmans qui fait appliquer toutes ces choses-là, mais s’il n’y a pas de gouverneur, qui se chargera de faire appliquer ces choses ? Egalement, le gouverneur est chargé de désigner parmi les musulmans, ceux qui commanderont le convenable et interdiront le blâmable, jusqu’à ce que se découragent les pécheurs et les criminels

Le gouverneur a (en sa charge) d’importants intérêts et il n’y a pas de gouverneur sans écoute et sans obéissance comme Allah – Exalté Soit-Il – le dit : « O les croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement). » [S04 .v59], c’est-à-dire : qu’on attend des musulmans l’obéissance après l’obéissance à Allah et à Son Messager : c’est-à-dire qu’elle dépend de l’obéissance à Allah et à l’obéissance à Son Messager, ceci est une chose. La deuxième chose, c’est que l’arbitrage entre les gens se fasse avec (les lois de) la législation (Shari’a) : « Juge alors parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, et prends garde qu’ils ne tentent de t’éloigner d’une partie de ce qu’Allah t’a révélé. Et puis, s’ils refusent (le jugement révélé) sache qu’Allah veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers. » [S05 .v49], « Et Nous y avons prescrit pour eux vie pour vie, œil pour œil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent. Les blessures tombent sous la loi du talion. Après, quiconque y renonce par charité, cela lui vaudra une expiation. Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont des injustes. » [S05 .v45], ceux-là sont les mécréants, ceux-là sont les pervers. Juger avec la législation (Shari’a) à travers le Livre (d’Allah) et la Sounna, c’est cela qui permet de se débarrasser des conflits, c’est ce qui satisfait les gens, c’est ce qui garantit les droits aux ayants droits et découragent les injustes. Toutes ces choses ne peuvent prendre place qu’avec le gouverneur qui est à la tête des musulmans, sinon qui va faire appliquer la Shari’a ? Qui va faire appliquer les sentences ? Qui va établir la responsabilité de commander le convenable et interdire le blâmable ? Qui va établir la science du jihad contre les ennemis et les mécréants, si ce n’est pas le gouverneur ? Parmi les pouvoirs qui lui sont attribués, il y a des démarches par lesquelles découlent les intérêts, ce uniquement par l’intermédiaire du gouverneur que les musulmans placent à leur tête. Il ne fait aucun doute, que les musulmans ne peuvent faire accéder à leurs intérêts religieux et mondains si ce n’est pas le biais du gouverneur et ce dernier n’obtient l’écoute et l’obéissance que dans ce qui est convenable.

Nous demandons à Allah (Louange à Lui, Le Très Haut), de nous accorder à tous, ainsi qu’à l’ensemble des musulmans, la réussite dans ce qui représente un bien et une amélioration. Ensuite, il convient de dire que, pour ces sujets-là, une conférence ou un discours ne suffisent pas, ceci est uniquement un rappel. Cependant, cela ne s’apprend réellement que par l’apprentissage, par l’étude de la croyance saine, par (l’étude) des ouvrages publiés par les gens de la Sounna et du Consensus, par une étude correcte (de cette croyance) et une bonne compréhension. Retourner au Livre d’Allah et la Sounna de Son Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) dans ce qui est confus, questionner les gens de science, l’étude et l’apprentissage (de la science) ne peut se faire qu’auprès des gens de science connus par cela, sinon cela deviendra un égarement. Celui qui apprend par lui-même, dans les livres ou auprès d’un ignorant ou de quelqu’un qui prétend avoir de la science, cela ne peut conduire qu’à l’égarement, qu’a l’ignorance et non pas à l’acquisition de la science. Cela n’est qu’égarement et ce n’est pas une guidance. C’est pour cela que les Khawaridj n’ont péris que parce qu’ils ne apprenaient pas leur croyance et la science auprès des gens de science, mais ils apprenaient qu’entre eux, ils se contentaient de leur propre compréhension, ils se sont donc égarés et ils ont égaré les autres – et nous cherchons refuge auprès d’Allah.

Et certes, le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) nous a mis en garde contre eux et il a donné l’ordre de les tuer pour repousser leur mal des musulmans. Je demande à Allah – Glorifié Soit-Il, la réussite pour nous, ainsi que pour l’ensemble des musulmans, dans ce qu’Il aime et ce qu’Il agrée. Nous Lui demandons de nous accorder, ainsi qu’a vous, la science utile ainsi que les œuvres pieuses. Que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et l’ensemble de ses compagnons.

[Fin de la réponse du Sheikh]

 

Source : www.alfawzan.af.org.sa

Conférence intitulée : “L’union des musulmans et son impacte pour repousser les troubles (Fitan)” donné par le Sheikh Salih Ibn Fawzan Abdallah Al Fawzan (Qu’Allah le préserve) – le 18/08/1430H à Djeddah

Traduction adaptée & rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *