Le livre de l’unicité (Kitâbut-Tawhîd) avec Mutn (texte)

Leave a comment
Share Button

Cheikh Mohammad ibn Abdul-Wahab (RahimAllah)

Le monothéisme est fondamental dans l’Islam. Accorder des pouvoirs à un autre que Dieu, porter un talisman, croire à la sorcellerie, croire en l’astrologie, nier la providence de Dieu, tout cela appartient au polythéisme, au chirk, et écarte le Musulman du pur monothéisme. Ce livre du Cheikh de l’islam Muhammed ibn Abdelwahhâb, divisé en chapitres courts mais condensés en arguments, présente les différentes facettes du polythéisme et du monothéisme. Il montre la force et la cohérence qui résident dans le monothéisme. Cet ouvrage permettra de montrer la véritable nature de l’Islam, et de détruire les fausses croyances menant au polythéisme.

 

بِسْـمِ اللهِ الرَّحْمـَنِ الرَّحِيـمِ
 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

كِتَابُ التَّوْحِيدِ
 

[Prologue] Le livre de l’Unicité.

 

(وَقَوْلِ اللهِ تَعَالَى: (وَمَا خَلَقْتُ الْجِنَّ وَالْإِنْسَ إِلَّا لِيَعْبُدُونِ
 

Allah le Très-Haut dit : « Je n’ai créé les Jinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. » (Sourate Qui Éparpillent (AdDâriyât), verset 56)

 

وَقَوْلِهِ: (وَلَقَدْ بَعَثْنَا فِي كُلِّ أُمَّةٍ رَّسُولاً أَنِ اعْبُدُواْ اللّهَ وَاجْتَنِبُواْ الطَّاغُوتَ) الآيَة
 

Et Il dit : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: “Adorez Allah et écartez-vous du Tâghût”… » (Sourate Les Abeilles (An-Nahl), verset 36)

 

وَقَوْلِهِ: (وَقَضَى رَبُّكَ أَلاَّ تَعْبُدُواْ إِلاَّ إِيَّاهُ وَبِالْوَالِدَيْنِ إِحْسَاناً) الآيَة
 

Allah dit aussi : « Et ton Seigneur a décrété: “N’adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère. » (Sourate Le Voyage Nocturne (Al-Isrâ’), verset 23)

 

وَقَوْلِهِ: (قُلْ تَعَالَوْاْ أَتْلُ مَا حَرَّمَ رَبُّكُمْ عَلَيْكُمْ أَلاَّ تُشْرِكُواْ بِهِ شَيْئاً) الآيَات
 

Il dit : « Dis: “Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit : ne Lui associez rien… » (Sourate Les Bestiaux (Al-An’âm), verset 151)

 

وَقَوْلِهِ: (وَاعْبُدُواْ اللَّهَ وَلاَ تُشْرِكُواْ بِهِ شَيْئاً) الآيَة
 

Allah dit encore : « Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé… » (Sourate Les Femmes (An-Nisâ’), verset 36)

 

قَالَ ابْنُ مَسْعُودٍ رضي الله عنه: مَنْ أَرَادَ أَنْ يَنْظُرَ إِلَى وَصِيَّةِ مُحَمَّدٍ صلى الله عليه وسلم الَّتِي عَلَيْهَا خَاتَمُهُ فَلْيَقْرَأْ قَوْلَهُ تَعَالَى: (قُلْ تَعَالَوْاْ أَتْلُ مَا حَرَّمَ رَبُّكُمْ عَلَيْكُمْ أَلاَّ تُشْرِكُواْ بِهِ شَيْئاً) – إِلَى قَوْلِهِ – (وَأَنَّ هَـذَا صِرَاطِي مُسْتَقِيماً فَاتَّبِعُوهُ وَلاَ تَتَّبِعُواْ السُّبُلَ..) الآية
 

Ibn Mas`ud -qu’Allah l’agrée- a dit : « Quiconque voudrait lire le testament de Muhammad sur lequel il aurait apposé son sceau, qu’il lise la parole d’Allah le Très-Haut : « Dis : “Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit : ne Lui associez rien… » jusqu’à Sa parole : « Dis : “Et voilà Mon chemin dans toute sa rectitude, suivez-le donc; et ne suivez pas les sentiers… » (Sourate Les Bestiaux (Al-An’âm), verset 151 à 153). » Le hadith a été rapporté par At-Tirmidhî (3072) dans le livre de l’exégèse du Coran.

 

عَنْ مُعَاذِ بْنِ جَبَلٍ رضي الله عنه قَالَ: كُنْتُ رَدِيفَ النَّبِيِّ صلى الله عليه وسلم عَلَى حِمَارٍ فَقَالَ لِي: “يَا مُعَاذُ، أَتَدْرِي مَا حَقُّ اللهِ عَلَى الْعِبَادِ وَمَا حَقُّ الْعِبَادِ عَلَى الله؟” قُلْتُ: اللهُ وَرَسُولُهُ أَعْلَمُ. قَالَ: “حَقُّ اللهِ عَلَى الْعَبَادِ أَنْ يَعْبُدُوهُ وَلاَ يُشْرِكُوا بِهِ شَيْئاً، وَحَقُّ الْعِبَادِ عَلَى اللهِ أَن لَّا يُعَذِّبَ مَنْ لَا يُشْرِكُ بِهِ شَيْئاً” قُلْتُ: يَا رَسُولَ الله أَفَلَا أُبَشِّرُ النَّاسَ؟ قَالَ: “لَا تُبَشِّرْهُمْ فَيَتَّكِلُوا” أَخْرَجَاهُ فِي الصَّحِيحَيْنِ
 

Mu`âdh Ibn Jabal -qu’Allah l’agrée- rapporte : « J’étais derrière le Prophète sur un âne. Il me dit : « Ô Mu`âdh, sais-tu quel est le devoir des serviteurs envers Allah et quel est Son devoir envers eux ? » Je répondis : « Allah et Son Prophète sont plus savants. » Il continua alors : « Le devoir des serviteurs envers Allah est qu’ils L’adorent sans rien Lui associer. Et Son devoir envers eux est qu’Il ne châtie pas ceux qui ne Lui ont rien associé. » Je m’écriais : « Ô Prophète d’Allah, puis-je répandre cette bonne nouvelle parmi les gens ? » Il dit « Ne l’annonce pas, car ils risqueraient de s’en remmettre qu’à cela. » » Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim dans leur recueil de hadiths authentiques respectifs. (Rapporté par Al-Bukhârî (13/300) dans le lvre du Tawhîd ; Muslim (30) dans le livre de la foi)

Source : http://www.ryadussalihin.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *