Le mérite du recueillement dans la prière

Leave a comment
Share Button

Cheikh Abdel-Baari At-Thoubéïti (Madinah)

Vendredi 16/6/1426 (22/7/2005)

 

Je vous recommande, ainsi qu’à moi-même, la crainte d’Allah, Allah (qu’Il soit exalté) a dit :

{O vous qui avez cru ! Craignez Allah comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission} [Aali Imraane : 102].

Et Il a dit (qu’Il soit exalté) :

{Récite ce qui t’est révélé du Livre et accomplis la Salat. En vérité la Salat préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d’Allah est certes ce qu’il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites} [L’araignée : 45]

Le discours au sujet de la prière a besoin de rappel et de répétition, les gens pieux ne s’ennuient pas de l’écouter et les cœurs des gens de bien ne s’en lassent pas.

La prière est l’obligation religieuse qui laisse le plus grand effet ; celle qui lorsqu’elle est délaissée, représente le danger le plus terrible ; et elle est la meilleure preuve et le plus grand bien. Dans la prière se trouvent les paroles les plus nobles qu’une langue puisse répéter, et les gestes les plus nobles que le musulman accomplit. Elle est le pilier de la religion et la clé du Paradis du Seigneur des mondes.

Le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) fit l’ascension et les portes du ciel lui furent ouvertes, et il se mit à les franchir les unes après les autres ; on le fit faire l’ascension jusqu’à un endroit où il entendait le grincement des plumes, il fut alors à deux portées d’arc, ou plus près encore ; puis l’ordre descendit sur lui provenant de son Seigneur (qu’Il soit béni et exalté) concernant la prière.      

Et lorsqu’il mourait et qu’il sut qu’il allait rencontrer son Seigneur, la prière fut sa dernière recommandation (qu’Allah prie sur lui et le salue), il dit :

(La prière, la prière, et ce dont vous avez la possession) rapporté par Ahmed.

Celui qui protège la prière, aura alors affermi sa religion et pris la base de sa religion ; tandis que celui qui la néglige, aura alors négligé sa religion à partir de sa base.

La prière est un remède qui guérit des maladies des cœurs et de leurs maux, de la corruption des âmes et de leurs maladies ; c’est la lumière qui fait partir les ténèbres des péchés et des mauvaises actions ; le musulman nettoie avec la prière les distractions de son cœur et ses erreurs, comme l’Elu (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Que pensez-vous si un fleuve se trouvait à la porte de l’un d’entre vous dans lequel il se lave cinq fois par jours, resterait-il quelque chose de sa saleté ?). Ils dirent :
-« Non, il ne resterait rien de sa saleté ». Il dit :

(Ceci est l’exemple des cinq prières, Allah efface grâce à elles les péchés) Rapporté par Mouslim.

Tout comme les mérites des ablutions ont été mentionnés dans un hadith, et le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit dans ce hadith :

(S’il se tient debout, et prie en louant Allah et en faisant Son éloge comme il sied à Sa majesté, et qu’il vide son cœur pour Allah, il sortira de ses péchés en étant comme le jour où sa mère l’a enfanté) Rapporté par Mouslim.

Une adoration dont les résultats sont ainsi, et une action si importante, mérite que nous fournissions des efforts pour sa réalisation, pour la protéger, et nous devons la mettre devant nos yeux. Allah est le plus Grand, venez à la prière, venez au succès : c’est un appel qui résonne dans les airs, et qui perce les oreilles afin de réveiller des corps qui brillent grâce à la foi et des cœurs pieux, et voilà les délégations qui se rassemblent et les groupes qui s’alignent comme les vagues de la mer et les abeilles dans leur nid.

Et vous voyez alors la mosquée remplie de gens en rangs serrés, comme vous trouvez la ligne dans le livre droite et régulière ; et vous les voyez se suivent les uns après les autres, les rangs derrière les rangs en étant ordonnés.
Et la mosquée est comme un épi remplie de grains du début jusqu’à la fin :

{Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur Salat} [Les croyants : 1-2].

Et avec le recueillement [l’humilité] – serviteurs d’Allah -, celui qui prie rassemble dans sa prière entre la pureté extérieure et intérieure, car le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) disait dans son inclination pendant la prière :

(Mon ouie, ma vue, mon cerveau, mes os et mes nerfs s’abaissent devant Toi) Rapporté par Mouslim.

Si la prière est embellie par le recueillement, et que dans ses paroles et ses actes, se trouvent l’abaissement, la glorification, l’amour et la solennité, elle empêchera celui qui l’accomplit de commettre les actions immorales et les choses blâmables ; alors, son cœur s’illuminera, se purifiera, sa foi augmentera, et son désir d’accomplir le bien se fortifiera et l’envie de faire le mal disparaîtra.

Avec le recueillement, celui qui prie se dirige encore plus vers son Seigneur, et son Seigneur se rapproche de lui ; Ahmed, Abou Daawoud et An-Nassaa’i (qu’Allah (qu’Il soit exalté) leur fasse miséricorde) ont rapporté que le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :
(Allah (le Puissant et le Haut) ne cessera de s’approcher de Son serviteur dans la prière tant que celui-ci ne tournera pas la tête ; et s’il détourne son visage, Il se détourne de lui).

Le recueillement est une chose importante, qui se perd très rapidement, et qui est rare, surtout à notre époque ; et être privé du recueillement fait partie des plus grands malheurs et des plus grandes maladies, et l’Elu (qu’Allah prie sur lui et le salue) demandait la protection d’Allah contre cela, il disait dans ses invocations :

(O Seigneur ! Je Te demande de me protéger contre un cœur qui ne s’humilie pas devant Toi) rapporté par Tirmidhi.

Et certains musulmans ont été touchés par la faiblesse des qualités morales et la déviation des comportements parce que la prière est devenue un corps sans âme et de simples mouvements ; At-Tabaraani et d’autres ont rapporté que le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :
(La première chose qui sera enlevée de cette communauté est le recueillement dans la prière, jusqu’à ce que tu n’y verras aucun qui sera humble [dans la prière]).

Lorsque nous lisons la vie des premiers prédécesseurs, nous nous apercevons que leurs exemples ne sont pas nombreux, car nous tirons des leçons des récits de leur prière, et leurs larmes coulent sur leurs visages par sincérité ; ils ont mentionné que le bien-aimé, l’Elu (qu’Allah prie sur lui et le salue) les traitait avec bonté et plaisantait avec eux, mais lorsque l’heure de la prière arrivait, c’est comme s’il ne les connaissait pas et qu’ils ne le connaissaient pas.

La prière est la réjouissance du musulman, sa consolation, ainsi que son but le plus élevé et ce qu’il désire le plus ; il disait (qu’Allah prie sur lui et le salue) à Bilaal (qu’Allah soit satisfait de lui) :

(Procure-nous du repos avec elle [la prière] [délasse-nous avec elle]). Et il disait aussi :

(La réjouissance de mes yeux a été mise dans la prière) rapporté par An-Nassaa’i et Ahmed.

Elle était la réjouissance de ses yeux, le plaisir de son âme, le paradis de son cœur et son repos dans ce monde ; il ne cessait d’être comme dans une prison et dans l’étroitesse jusqu’à ce qu’il entre dans la prière, alors il se reposait avec elle et non d’elle ; il enlevait sur le seuil de la mosquée ce monde et ses plaisirs, il laissait là-bas l’argent de ce monde et ses occupations, et il pliait la page de son rappel de son cœur ; il entrait dans la mosquée avec un cœur pris de crainte par la vénération pour Allah et par désir d’obtenir Sa récompense (qu’Il soit glorifié).

Lorsque Abou Bakr le véridique (qu’Allah soit satisfait de lui) était dans sa prière, c’est comme s’il était un poteau ; et lorsqu’il récitait le Coran à voix haute dans la prière, il suffoquait à cause des pleurs.

Et lorsqu’Al-Farouq Omar ibn Al-Khattab (qu’Allah soit satisfait de lui) récitait le Coran dans la prière, ceux qui se trouvaient derrière lui n’entendaient pas à cause des pleurs. Et lorsqu’Omar ibn Abdel-Aziz (qu’Allah lui fasse miséricorde) se levait pour prier, c’est comme s’il était un bâton.
Et Ali ibn Abi Taalib (qu’Allah soit satisfait de lui), lorsque l’heure de la prière arrivait, il était troublé et changeait ; lorsqu’on l’interrogea (qu’Allah soit satisfait de lui), il dit :

-« L’heure est venue d’un dépôt qu’Allah a proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes, ils refusèrent alors de le porter et en furent effrayé, et je l’ai porté ».

Et certains prient avec leurs corps et leurs membres, ils bougent leurs langues et leurs bouchent, ils courbent leurs dos en s’inclinant, et ils se prosternent, mais leurs cœurs ne bougent pas vers leur Créateur le très Haut, ils Lui montrent la soumission alors que leurs cœurs ne veulent pas se soumettre, ils lisent le Coran mais ils ne réfléchissent pas à ses significations, ils glorifient Allah mais ils ne comprennent pas cette glorification.

Ils ont embelli leurs apparences et ont couvert leurs intérieurs, ils se tiennent debout devant Allah dans Sa maison alors qu’en réalité ils sont debout devant leurs occupations, et ils sont avec leurs âmes dans leurs maisons.

Vous voyez alors un homme qui a grandi dans l’Islam, qui prie depuis très longtemps mais il n’a jamais complété sa prière [il n’a jamais accompli sa prière parfaitement], car il ne complète pas l’inclination, la prosternation et le recueillement dans la prière ; et celui qui se trouve dans cette situation, ne tire aucun profit de sa prière ; c’est la raison pour laquelle il se peut qu’il mange les biens des gens illégalement, il répand la corruption entre les gens, il accomplit des actes qui s’opposent à la religion et à la morale, et il se peut aussi qu’il utilise la prière comme une ruse avec laquelle il recherche l’éloge des gens et avec laquelle il cache le crime de ses mains et de ses pieds.

Chers frères en Islam !
Se juger soi-même est le but de ce discours ; faites donc un examen de conscience sincère, afin que chacun parmi nous voit sa situation ; le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(L’homme finit sa prière alors qu’il ne lui a été écrit que le dixième de sa prière, le neuvième, le huitième, le septième, le sixième, le cinquième, le quart, le tiers, la moitié) rapporté par Abou Daawoud.  
Hassane ibn ‘Atiyah (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit :

-« Il se peut que deux hommes se trouvent dans une même prière, et le mérite qu’il y a entre eux est comme le ciel et la terre ».
Car la part de la prière du cœur qui est rempli de l’amour d’Allah, de Sa crainte et de Sa glorification n’est pas comme la part du cœur qui est vide de ces choses ; et la part du cœur pieux et qui craint Allah n’est comme la part du cœur qui est soumis aux plaisirs et aux envies de ce monde ; et la part du cœur qui s’arrête dans les jardins du Paradis n’est pas comme la part du cœur que le diable possède.

O Toi qui pries !
C’est un combat qui fait rage avec le diable, le combat des suggestions du diable et des pensées, car tu t’es mis dans la position la plus noble et celle qui te rapproche d’Allah le plus, ainsi que celle qui met le diable le plus en colère. Le diable embellit devant tes yeux les plaisirs, il expose des scènes et des distractions, il te rappelle ce que tu as oublié, et il est très content lorsque tu négliges ta prière sans obtenir aucune récompense, ni aucun mérite.

 O Toi qui pries !
Celui qui suit le chemin du prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) et sa manière de prier, obtiendra le recueillement dans la prière ; et parmi les choses qui aident à obtenir le recueillement et réalisent la soumission à Allah, les choses suivantes :

Celui qui prie doit sortir pour se rendre à la mosquée de bonne heure, avec calme et dignité, en ayant nettoyé ses vêtements, purifié son corps, vidé son cœur des occupations, en ayant mis du parfum ; et il doit aussi compléter les rangs et boucher les espaces vides.
Il est interdit au croyant de lever les yeux vers le ciel pendant la prière, et ceci fait partir le recueillement, et il doit s’abstenir de se tourner dans la prière que ce soit avec les yeux ou avec le cœur. On interrogea Khalaf ibn Ayoub :
-« Les mouches ne gênent-elles pas dans ta prière ? ». Il dit :
-« Je ne m’habitue pas à quelque chose qui corrompt ma prière ». On lui dit :
-« Comment patientes-tu face à cela ? ». Il dit :
-« Il m’est parvenu que les pervers patientent sous les fouets du sultan, et l’on dit : « Untel est patient » et ils sont fiers de cela ; moi, je suis debout devant mon Seigneur, vais-je bouger à cause d’une mouche ! ».

Et certains parmi nous remplissent leurs prières de mouvements sans aucune mouche, alors que dire si une mouche vient devant leurs yeux !
Et parmi les choses qui aident à obtenir le recueillement : ne pas troubler les autres dans la récitation du Coran ; il ne doit pas prier dans un habit qui contient des dessins ou des écritures ou des couleurs et des photos qui le préoccuperont, ainsi que les autres ; de même que les bruits qui proviennent des appareils téléphoniques portables qui nuisent aux musulmans dans leurs mosquées et leurs prières, et ont corrompu leur recueillement dans la prière ; sans parler des musiques interdites qui se trouvent dans ces appareils dont les sons se répètent dans les maisons d’Allah et en même temps que la parole d’Allah (qu’Il soit béni et exalté), qu’Allah nous protège !

D’après Abou Quataadah (qu’Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Le pire voleur est celui qui vole dans sa prière). Ils dirent :
-« O messager d’Allah ! Comment peut-il voler de sa prière ? ». Il dit :
(Il n’accomplit pas convenablement [parfaitement] les inclinations et les prosternations de la prière) ou il a dit :
(Il n’aligne pas son épine dorsale [son dos] parfaitement pendant l’inclination et la prosternation) rapporté par Ahmed.

Deuxième sermon

Craignez Allah comme Il doit être craint, et sachez qu’il vous observe en secret et en public.

Parmi les plus grands moyens pour obtenir la présence du cœur et son humilité : le fait de réfléchir aux paroles et aux significations, à chaque fois que celui qui prie dit : « Allahou Akbar », il réfléchit à la profondeur de cette compréhension et à la majesté de ce que cela indique ; Allah est plus grand que le diable qui le trompe avec ce monde ; Allah est plus grand que les envies bestiales, l’argent, les honneurs de ce monde et les enfants ; donc, si la signification de cette parole s’installe dans son cœur, et qu’il accomplit ce que cette parole exige, il jettera derrière son dos tout ce qui est autre que cette parole.

Et parmi les moyens d’obtenir la présence du cœur : réfléchir à la grande récompense que l’on obtient à chaque fois qu’on récite « Al-Faatiha », et à chaque inclination que l’on accomplit ; il faut réfléchir à toutes les grandes récompenses, et parmi celles-ci : 

Lorsque l’imam récite : « {non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés} », les anges disent : « Aamine » ; et celui qui dit « Aamine » au même moment que les anges, ses péchés commis dans le passé lui seront pardonnés. Et d’autres grandes récompenses et de grands mérites dans la position debout pendant la prière, dans la position assise, dans les invocations de l’inclination et dans la prosternation ; donc, celui qui réfléchit à ces récompenses, aura la conviction de la miséricorde du Dieu adoré.
Et parmi les choses qui apportent le recueillement : la recommandation du messager (qu’Allah prie sur lui et le salue) :
(Prie comme si tu faisais tes adieux).

Et celui qui réfléchit aux situations de nos jours et ce qui arrive aux gens, connaîtra l’importance de cette recommandation : (Prie comme si tu faisais tes adieux) ; c’est un remède efficace pour ceux qui veulent un cœur humble [soumis], car si le serviteur commence sa prière en pensant que c’est son dernier moment dans ce monde, il aura un recueillement parfait dans la prière, et il accomplira parfaitement les prosternations et les inclinations, car le moment du départ pour l’au-delà est proche et c’est comme si la mort s’approchait de lui, il ne détourne donc pas les yeux, n’occupe pas son cœur avec autre chose qu’Allah, et son esprit n’est pas troublé.

Et si tu avais vu Mansour ibn Mâmaar l’illustre taabi’î prier, tu aurais dis : « Il va mourir à cet instant », comme a dit Soufiane At-Thaouri.
Et Othmaane ibn Abi Al-‘Aass (qu’Allah soit satisfait de lui) alla voir le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) et lui dit :
-« O messager d’Allah ! Le diable s’est mis entre moi, ma prière et ma récitation du Coran, il me la rend confuse ». Le messager d’Allah (qu’Allah prie sur lui et le salue) dit alors :
(C’est un diable que l’on appelle Khanzab ; donc, si tu le ressens, demande à Allah de te protéger contre lui et crache sur ta gauche trois fois) [Sans faire sortir de salive]. Il dit :
-« Je fis alors ce qu’il me dit, et Allah l’éloigna de moi » rapporté par Mouslim

Source : http://alharamainsermons.org/frn/index.php.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *