Le mois de Sha’ban

Leave a comment
Share Button

Ô Allah ! Bénis-nous les mois de Rajab et de Sha’bân et fais-nous parvenir au mois du Ramadhan !

Louange à Allah ! Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa famille et tous ses Compagnons !

D’après l’Imam Ahmed et e-Nasâî, selon Usâma ibn Zaïd, le Messager d’Allah
(salallahou ‘alayhi was sallam) jeûnait certains jours d’affilés à tel point que nous pensions qu’il ne s’arrêtait jamais ; et il mangeait certains jours d’affilés à tel point qu’il ne jeûnait plus si ce n’est deux jours par semaine. Il les consacrait séparément au jeûne en dehors des périodes où il jeûnait. Il n’y a pas un mois où il se consacrait le plus au jeûne que pendant Sha’bân. Je lui posait la question à ce sujet : « Cher Messager d’Allah ! Tu te consacres au jeûne à tel point que tu ne le romps pratiquement plus ; et tu interromps le jeûne à tel point que tu ne t’y consacres pratiquement plus si ce n’est deux jours que tu consacres séparément au jeûne en dehors des périodes où tu jeûnes.

– Quels sont ces deux jours ? demanda-t-il.
– Le lundi et le jeudi lui répondis-je.
– Au cours de ces deux jours, les oeuvres sont exposées au Seigneur de l’univers, et j’aime être
en état de jeûne lorsque mes oeuvres Lui sont exposées.
– Je ne te vois pas autant jeûner les autres mois que pendant celui de Sha’bân.
– Les gens oublient ce mois qui se trouve entre Rajab et Ramadhân. C’est pourtant le mois au cours duquel les oeuvres montent vers le Seigneur de l’Univers, et j’aime être en état de jeûne lorsque mes oeuvres Lui sont montées. »1
Ainsi, il n’y a pas un mois en dehors du mois prescrit, où le Prophète (salallahou ‘alayhi was sallam) jeûnait le plus que celui de Sha’bân. Il y jeûnait pratiquement (ou probablement) tout le mois.2

Cependant, il ne lui plaisait pas que l’on puisse jeûner tous les jours de l’année sans interruption. Il disait même que la meilleure façon de jeûner était celle de Dawûd qui jeûnait un jour sur deux. 3 Or, selon Abû Huraïra, le Messager d’Allah (salallahou ‘alayhi was sallam) a interdit de jeûner la deuxième moitié de Sha’bân4 ce qui semble –du moins en apparence – contradictoire avec le Hadith précédemment cité. Plusieurs hypothèses ont été soulevées par les savants pour résoudre cette énigme.5 En fait, pour concorder entre les textes, il suffit de dire que l’interdiction précédemment évoquée concerne celui qui voudrait commencer à jeûner à partir du milieu de Sha’bân. Quand à celui qui jeûne pendant tout le mois ou presque, il n’est pas concerné par cette interdiction.6

Concernant les mérites du mois de Sha’bân, nous pouvons recenser le Hadith rapporté par e-Tabarânî et ibn Hibbân, et selon lequel Allah considère toutes Ses créatures la nuit au milieu du mois de Sha’bân. Au cours de cette nuit, Il pardonne à tout le monde en dehors du païen et de deux individus en conflit.7 Par contre, aucun rituel n’est spécialement légiféré cette fameuse nuit. Il existe certes un texte qui encourage à s’y consacrer en prière et à consacrer la journée suivante au jeûne, mais celui-ci n’a aucune origine qui ferait autorité.
Selon ‘Alî en effet, le Prophète (salallahou ‘alayhi was sallam) aurait dit : « Consacrez la nuit du milieu du mois de Sha’bân à la prière, et consacrez le jour suivant au jeûne car Allah le Tout Puissant descend au premier ciel au coucher du soleil pour y déclarer : « Y a-t-il quelqu’un qui réclame Mon pardon pour que Je lui pardonne ? Y a-t-il quelqu’un qui Me demande de l’enrichir
pour que Je l’enrichisse ? Y a-t-il quelqu’un qui subit un malheur pour que Je l’en soulage ? » Il reste ainsi à énumérer tel et tel cas jusqu’à l’aube. » Ibn Rajab s’est contenté de dire que cette annale est simplement faible (Dha’îf).8 Le spécialiste contemporain en la matière, Sheïkh el Albânî estime quant à lui qu’elle est purement et simplement inventée (Mawdhû’).9

Quoi qu’il en soit, dans l’hypothèse où il y aurait une annale authentique sur les mérites de cette nuit-là –en dehors de celle que nous avons évoquée – cela ne justifie pas d’y innover des pratiques quelconques et encore moins de s’y adonner en groupe. Sheïkh el Islam ibn Taïmiya souligne à ce sujet : « Il existe deux sortes de prières surérogatoires en groupe. L’une d’entre elles se fait usuellement en assemblée comme la prière de l’éclipse (Kusûf), la prière de la pluie (istisqâ), la prière les nuits du Ramadhan (Tarâwîh ndt.). Ces prières se font toujours en assemblée conformément à la Tradition.

L’autre sorte de prière concerne celle qu’il n’est pas légiféré de faire usuellement en assemblée comme les prières rattachées à l’office (Rawâtib), la prière du matin (e-Dhuhâ), et la prière de salutation à la mosquée (Tahya el Masjid), etc. Il est ainsi autorisé de les faire en groupe de temps à autre en assemblée. Or, en dehors de ces deux catégories, il n’est légiféré de faire aucune prière en assemblée ; c’est même une innovation détestable. En effet, le Prophète (salallahou ‘alayhi was sallam), les Compagnons, et leurs Successeurs n’avaient pas pour habitude de se réunir en vue de faire d’autres prières que celles que nous avons citées. Le Prophète (salallahou ‘alayhi was sallam) a tout au plus occasionnellement formé un petit groupe pour faire une prière facultative. Il avait l’habitude de prier la nuit seul, mais une nuit qu’ibn ‘Abbâs passait chez lui, il lui fit profiter de prier avec lui. Une autre nuit, il l’a fait avec Hudhaïfa, et une autre fois avec ibn Mas’ûd. Un jour, il s’est joint à ‘Utbân
ibn Mâlik el Ansârî qui l’avait invité à prier dans sa Musalla (son lieu de prière). Un autre jour, il a présidé la prière devant Anas, sa mère, et un orphelin.

Cependant, la plupart de ces pratiques surérogatoires, il les faisait seul. Or, les pratiques facultatives que nous venons de citer sont rattachées à la tradition. Quant à innover une forme de prière spéciale ayant un nombre de Rak’a et une lecture déterminés qui serait fixée à un moment déterminé ; et que l’on ferait en groupe de façon usuel comme les prières sur lesquelles la question fut posé ; à l’exemple de Salat e-Raghâib le premier vendredi de Rajab, l’Alfiya le premier jour de Rajab, ou au milieu de Sha’bân, ou encore la prière qui a lieu la vingt-septième nuit du mois de Rajab ; il faut savoir que ce genre de prières n’est pas légiféré à l’unanimité des grandes références de l’Islam comme l’ont souligné les savants qui font autorité.

Seul un innovateur ignorant peut inventé une telle pratique. Ouvrir la porte à de telles choses signifierait de modifier la législation musulmane, et d’avoir une part du blâme destiné à ceux qui légifèrent dans la religion d’Allah ce qu’Il ne leur a point autorisé mais certes Dieu Seul le sait ! »10
Il est vrai que certains anciens réservaient certaines pratiques à l’occasion de cette fameuse nuit.11 Cependant, non seulement cela ne justifie pas de les imiter car ils pensaient que les annales sur la question faisaient autorités –alors que comme nous l’avons vu ce n’est pas le cas – mais qui plus est, cela ne justifie pas de les faire à la mosquée.

Ainsi, comme le précise Sheïkh el Islam ibn Taïmiya, c’est une bonne chose de prier la nuit du milieu du mois de Sha’bân, si quelqu’un le faisait seul ou au milieu d’une assemblée privée comme certains anciens le faisaient. Mais de là à se réunir dans les mosquées pour effectuer une prière déterminée comme la prière aux cent Rak’a au cours de laquelle on récite mille fois à chacune d’entre elles : dis : Allah est Unique, c’est une innovation qu’aucune référence parmi les anciens n’a jamais recommandée de faire.12

Quant au fait de jeûner le lendemain de cette fameuse nuit, rien n’empêche de faire les trois jours de jeûne que le Prophète (salallahou ‘alayhi was sallam) a préconisé chaque mois ou bien de jeûner la majeure partie du mois,13 ou encore le mois entier. Un certain Hadith pose néanmoins problème pour les deux derniers points. D’après el Bukhârî et Muslim en effet, selon Abû Huraïra, le Prophète (salallahou ‘alayhi was sallam) a déclaré : « Ne devancez
pas le Ramadhan d’un jour ou deux, sauf pour celui qui doit faire un jour de jeûne. »14 Pour mieux comprendre le problème, il faut savoir que trois cas de figure sont possibles ici et que chaque cas détient un statut particulier.

Premièrement : le fait de jeûner le dernier jour de Sha’bân par précaution afin
d’éventuellement ne pas raté le premier jour du Ramadhan si la nuit du doute n’annonce rien.
Cela est strictement interdit bien que certains Compagnons –qui vraisemblablement ne connaissaient pas le texte en question – le faisaient. Toutefois, ibn ‘Omar –que l’Imam Ahmed imitait – faisait la distinction entre la nuit du vingt-neuvième jour de Sha’bân où il y avait des nuages, et la nuit sans nuages.15

Deuxièmement : faire le jeûne pour celui qui doit s’acquitter d’un voeu, ou qui veut récupérer un jour manqué du Ramadhan passé, ou encore qui est soumis à des jours d’expiation, etc. Dans ce cas, il est possible de le faire pour la majorité des savants. Par contre, il est interdit de le faire selon une tendance parmi certains anciens qui exige de laisser un espace d’au moins un jour dans l’absolu entre Sha’bân et Ramadhan.

On relate –bien que cela soit sujet à discussion – qu’Abû Hanîfa et e-Shâfi’î notamment déconseillaient de le faire.

Troisièmement : prendre le vingt-neuf Sha’bân comme un jour de jeûne facultatif. Les savants à l’instar d’el Hasan, considérant qu’il faille laisser un espace entre Sha’bân et Ramadhan, déconseillent de le faire. Mâlik et les savants en accords avec lui ont donné la permission de jeûner à celui dont le jour de jeûne tombe le vingt-neuf. E-Shâfi’î, el Awzâ’î, et Ahmed et d’autres distinguent toutefois entre un jour de jeûne fait par habitude et un jour de
jeûne quelconque. Il est pertinent de distinguer également entre celui qui jeûnait plus de deux jours avant la fin du mois et qui voudrait introduire sans interruption ses jours de jeûne avec le mois de Ramadhan. Cette pratique est possible sauf aux yeux de ceux qui déconseillent de jeûner à toute personne qui commencerait ses jours à partir de la deuxième moitié de Sha’bân compte tenue du texte sur la question venant l’interdire.

Par contre, si quelqu’un jeûnait déjà au cours de la première moitié du mois, il lui est possible de continuer de le faire jusqu’à la fin du mois.
En résumé, de nombreux savants estiment que le Hadith d’Abû Huraïra précédemment cité est en vigueur. Par conséquent, il est déconseillé de jeûner facultativement un jour ou deux avant le début du Ramadhan sauf pour celui qui le fait par habitude ou pour celui qui a décidé de jeûner pendant tout Sha’bân.16 Par ailleurs, les savants ont cherché la raison pour laquelle, il fut interdit de jeûner un jour ou deux avant le mois du Carême. Trois hypothèses
ont été retenues : la première : c’est pour éviter de faire des jours de Ramadhan
supplémentaires. La deuxième : c’est pour distinguer entre les jours de jeûnes obligatoires et les jours facultatifs. La troisième : qui est la moins pertinente, c’est en vue de garder ses forces pour le mois prescrit.17

Malheureusement, certains ignorants peuvent s’imaginer que ces deux fameux jours servent à faire les provisions de nourritures pour imiter certaines coutumes chrétiennes et pourquoi pas pour beaucoup d’entre eux, ils servent à faire ses provisions de péchés !18 Il est
aussi navrant de constater que certains trouvent que le Ramadhan est pénible en raison des rituels comme la prière et le jeûne qui y sont prescrits. Beaucoup de gens prennent la peine de prier uniquement à l’occasion de ce mois bénit. Beaucoup renoncent notamment aux grands péchés au cours de cette période qu’ils peuvent trouver longue et difficile pour être
en manque de leurs mauvaises habitudes. Ils passent ainsi leur temps à compter les jours et les nuits en quête de retrouver les plaisirs qu’ils ont perdus durant un mois. En fait, ils ont pleine conscience qu’ils n’évoluent pas et qu’ils n’ont aucune volonté sincère de repentir. En cela, ces gens-là sont perdus ! Quoi qu’ils ne soient pas les pires car certains n’attendent pas
la fin du mois pour se vouer à la débauche…19

Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa
famille et tous ses Compagnons !

Par : Karim Zentici

1 Rapporté par Ahmed dans son Musnad (5/201), et e-Nasâî (4/201-202).
2 Voir Sahîh e-Targhîb wa e-Tarhîb de Sheïkh el Albânî (1/595-597).
3 Idem. (1/601).
4 Voir Sahîh el Jâmi’ de l’Albânî (397).
5 Voir Latâif el Ma’ârif fîmâ el ‘Âm min el Wazhâif d’ibn Rajab.
6 Voir Majmû’ Fatâwa Sheïkh ibn Bâz (15/385).
Voir Sahîh e-Targhîb wa e-Tarhîb (1/597).
8 Voir Latâif el Ma’ârif.
9 Voir Dha’îf e-Targhîb wa e-Tarhîb (1/316).
10 Majmû’ el Fatâwâ (23/414).
11 Voir Latâif el Ma’ârif.
12 Voir : Majmû’ el Fatâwâ (23/131).
13 Voir Latâif el Ma’ârif.
14 Rapporté par el Bukhârî (1983) et Muslim (1082).
15 Voir : Majmû’ el Fatâwâ (23/122-125).
16 Voir Latâif el Ma’ârif.
17 Idem.
18 Idem.
19 Idem.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *