Premier fondement : At-Tawhîd

Leave a comment
Share Button

Cheykh Ibnou Nassir As-sa’di

Le tawhid dans l’ensemble de ses différentes formes, c’est le fait d’être convaincu et de croire fermement que le Seigneur (Ar-rabb) est unique dans ses attributs qui sont parfaits, et de l’unifier dans toutes les formes d’adoration.

Et entre dans cette définition :

1. Tawhid dans la seignerie (ar-rouboubiyya) qui consiste à croire en l’unicité du Seigneur dans la création, la subsistance, et les différentes formes de gérance.(1)

(1) Annotations impotantes : Cheykh El ‘Outheymine a dit dans son livre « el qawlou-l-moufid ‘ala kitabi-t-tawhid » : l’unicité d’Allah dans la seigneurie c’est d’unifier Allah dans la création, la royauté et la gérance
a-Unifier Allah dans la royauté, qui consiste à être convaicu que nul ne possède la royauté en dehors de son Créateur. Et quand à la possession dont jouisse certaines créatures en dehors d’ Allah, c’est une possession restreinte par des limites qui n’englobe qu’une petie partie de la création, l’homme par exemple possède ce qui est sous son autorité mais ne possède pas ce qui est sous l’autorité d’autres que lui, de plus l’homme ne possède pas ce qui lui appartient de manière absolue ; par exemple s’il veut brûler ses biens ou châtier ses animaux, nous lui dirons que cela est interdit.
b -Unifer Allah dans la gérance, qui consiste à être convaicu que nul ne gère la création en dehors d’Allah Seul. Qaund à la gérance dont jouit l’homme elle est restreinte à ses propres affaires et à celles qui lui est permis de gérer selon la législation islamique(achari’a)
c-Unifier Allah dans la création, qui consiste à être convaincu qu’il n’y a pas de créateur en dehors d’Allah, et quand à ce qui est rapporté prouvant qu’il existe d’autres créateur en dehors d’Allah, comme la parole du Prophète, que la prière et la paix soient sur lui, concernant les dessinateurs (et autres personnes qui reproduisent les formes vivantes), il leur sera dit : « faites vivre ce vous avez crée.. » Ceci n’est pas une création véritable, ceci n’est pas non plus comme donner existence à une chose à partir du néant, c’est plutôt transformer une entité d’un état à un autre, et ceci non pas de manière absolue mais plutôt de façon limitée en fonction des capacités de l’homme, et restreint de manière étroite, ceci ne contrdit donc pas notre parole unifier Allah dans la création.

2. Tawhid des noms et attributs.
C’est d’attribuer à Allah tout ce qu’il S’est lui même attribué et ce que Lui a attribué le Messager d’Allah, que la prière et la paix soient sur lui,comme nom les plus beaux, et attributs parfaits et élevés, sans ressemblance, sans dévier le sens, ni les renier.(2)

(2) Annotations importantes : Cheykh El ‘Outheymine a dit dans son livre « el qawlou-l-moufid ‘ala kitabi-t-tawhid » : L’unicité dans les noms et attributs comporte deux choses :
– l’affirmation qui est d’attribuer à Allah l’ensemble des noms et attributs qu’Il S’est Lui même attribué dans son livre ou dans la Sounna de son Prophète, que la prière et la paix soient sur lui.
– la négation de la ressemblance, qui est de ne pas Lui donner de ressemblance dans Ses noms et attributs, comme Allah dit : « rien ne Lui ressemble et c’est Lui l’Entendant le Clairvoyant. ». Donc 4 choses à éviter :
– la déviation du sens des textes qui est de changer le véritable sens de la parole
– le reniement dans la croyance
– rechercher le comment dans les attributs
– la ressemblance dans les attributs, sauf qu’elle est plus particulière que la recherche du comment (takyyif), car tous antropomorphiste (moumathil) est un moukayyif et pas le contraire.

3. Tawhid dans l’adoration ( el oulouhiyya wa el ‘ibada).(3)
C’est d’unifier Allah dans l’essence de notre adoration sous toutes ses formes sans y lui associer quoique ce soit tout en reconnaissant l’excusivité parfaite de son adoration.

(3) Annotations importante : Cheykh El ‘Outheymine a dit dans son livre « el qawlou-l-moufid ‘ala kitabi-t-tawhid »: l’on peut dire tawhid el oulouhiyya ou tawhid el’ibada selon deux contextes différents :
-lorsque l’on attribut l’adoration à Allah on dit tawhid el oulouhiyya
-lorsque l’on attribut l’adoration au serviteur on dit tawhid el ‘ibada
Et l’adoration peut avoir deux sens :
– L’adoration en elle même qui est de s’humilier devant Allah le très haut en s’acquittant des obligations et en évitant les interdits tout cela par amour et grandeur pour Allah. (sens général de l’adoration)
– Les formes d’adoration, qui est comme le dit Cheykh el islam ibnou taymiyya, un mot qui englobe tout ce que Allah aime et agrée comme paroles et actes apparents et cachés.(sens particulier de l’adoration)

Et rentre dans le tawhid ar-rouboubiyya (la seigneurie) l’affirmation du décret et du destin, et que ce qu’Il veut est, et ce qu’Il ne veut pas n’est pas, et qu’Il est capable de tout, et qu’Il est Celui qui se passe de tout et est Digne de louanges, et tout ce qui existe en dehors de lui dépend de Lui de manière absolue.

Et rentre dans le tawhid des noms et attributs l’affirmation du sens de tous Ses noms les plus beaux rapportés dans le Livre et la Sounna.
La croyance en Ses noms et attributs comporte trois degrés : la croyance en ses noms, la croyance en ses attributs, la croyance aux règles qui découle des Ses attributs, comme pour la science de dire qu’Il est Omniscient détenant une science par laquelle Il connaît tout dans l’absolu ; ou qu’Il est Omnipotent détenant la capacité de réaliser tout dans l’absolu ; ainsi de suite pour Ses saints noms.

Et rentre également dans cela l’afirmation de Son élvation au dessus de Sa création et Son élvation au dessus de Son Trône, Sa descente chaque nuit au ciel le plus proche d’une manière qu’il incombe à Sa grandeur et Sa majestueusité.

Et rentre dans cela, l’affirmation de Ses attributs d’essence (dhatiyya) dont Il ne se sépare jamais comme l’ouie, la vue, l’élevation, etc…

De même les attributs d’action (fi’liyya), qui sont tous les attributs qui dépendent de Sa volonté, comme la parole, la création, la subsistance, la miséricorde, l’élevation au dessus de Son Trône, Sa descente chaque nuit au ciel le plus proche, tout cela selon Sa Volonté. Il faut donc croire que tous ces attributs sont rapportés de manière authentique sans ressemblance, ni reniement, ni déviation du sens, et qu’ils proviennent de Son Entité et par lesqels Il convient de Le décrire. Et Le Très Haut n’a cessé et ne cesse d’accomplir et de parler de la sorte. Et Il fait absolument tous ce qu’Il veut. Il parle quand Il veut et comme Il le veut, Il ne cesse d’être décrit par l’attribut de la parole, et est connu par Sa miséricorde.

Fait partit également de la croyance dans les noms et attributs la conviction que le Coran est la parole d’Allah, descendue de Sa part et incréée, c’est de Lui qu’il provient et c’est vers Lui qu’il retournera, c’est Lui même qui a parlé véritablement en paroles et en sens qui ne s’ épuisent jamais et sont éternelles.

Rentre également dans cela la croyance qu’Il est proche et qu’Il répond (aux invocations), et qu’Il est en même temps Le Très Haut au dessus de tout, et il n’y a aucune contradiction entre Son élevation parfaite et Sa proximité parfaite, car rien ne Lui ressemble dans l’ensemble de Ses description.

Le tawhid dans les noms et attributs d’Allah ne peut être complet jusqu’à ce que le croyant reconnaisse et croie en tout ce qui a été rapporté dans le Coran et la Sounna comme nom, attribut, action, et règles qui en découlent, d’une maniére qui correspond à Sa grandeur, et qu’il sache que, tout comme rien ne Lui ressemble dans Son essensse, rien ne Lui ressemble dans Ses attributs. Et celui qui pensent que certains textes supposerait des interprétations de certains attributs vers des sens loin des sens qui sont connus, s’est certes égaré d’un égarement évident.

Et le tawhid dans la seigneurie (ar-rouboubiyya) ne peut être complet jusqu’à ce que le serviteur soit convaincu que toutes les oeuvres des serviteurs sont créées par Allah le très haut, et que leur volonté découle de la volonté d’Allah, et qu’il ont malgrés cela une capacité ansi qu’une volonté par laquelle ils accomplissent leur oeuvres destinées à être louables ou détestable, soumises aux obligations et interdictions, et destinées à la récompense ou au châtiment. Et ces deux volontés ne contredisent pas l’affirmation de la volonté d’Allah qui est générale et qui englobe les entités, les oeuvres et les attributs (des créatures) ; et l’affirmation de la capacité du serviteur à choisir ses oeuvres et paroles.

Et quand au tawhid dans l’adoration, il ne peut être complet jusqu’à ce que le serviteur voue exclusivement à Allah l’ensemble de toutes volontés, paroles, et actes, et jusqu’à ce qu’il délaisse le grand polythéisme qui annule le tawhid dans sa totalité qui est de vouer ne serait-ce qu’un acte d’adoration parmis les différentes formes d’adoration à un autre qu’Allah.
Et la réalisation de cette partie du tawhid et sa perfection se trouve dans le délaissement du petit polythéisme qui est tout moyen par lequel il est possible d’atteindre le grand polythéisme comme le fait de jurer par un autre qu’Allah ou l’ostentation et autre.

Les gens dans la réalisation du tawhid occupent des degrés différents, en fonction de la connaissance d’Allah qu’ils ont acquerit, ainsi que de la mise en pratique de son adoration de manière apparente et cachée.

Et le plus parfait d’entre eux est celui qui connaît les noms d’Allah de manière détaillée, Ses attributs, Ses actions, Ses bienfaits, et ce dont Il a informé au sujet de Ses créatures, du jour dernier, de la récompense, tout ceci rapporté de manière authentique dans la Coran et la Sounna, et qui les aura compris d’une compréhension correcte ; et qui aura remplit son coeur de la connaissance d’Allah de Sa grandeur, Sa majestueusité, Son amour, du retour vers Lui, et qui se tournera vers Allah quand aux tristesse de son coeur, et s’en remettant exclusivement à Lui sans aucun associé, qui aura voué à Allah Seul tous ses mouvement et sa quiétude, et ne trouvera la tranquilité qu’auprés d’ Allah par la connaissance, le retour vers Lui, la pratique, l’abstinence, et aura perfectionné son être par l’intention pure (el ikhlass) et le suivi (du Messager, que la prière et la paix soient sur lui), et aura parfait ses semblables en les appellants à ce fondement.

Et il ne perfectionnera pas ce tawhid jusqu’à ce qu’il prenne pour alliés les gens de la foi et du tawhid, et se désavouera du polythéisme et des polythéistes, qu’il prenne les alliés d’Allah pour amis et les enemis d’Allah pour énemis, et que son amour s’accorde à l’amour d’Allah.

Source : « el fatawa as-sa’diyya » p11
Auteur : Cheykh Abdourrahman ibnou Nassir As-Sa’di
Annotations tirées du même livre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *