TAFSSIR DES VERSETS 183 A 185 de la Sourate Al Baqarah sur le jeune

Leave a comment
Share Button
cheikh Abu ‘Abdellah ‘Abder-Rahman ibn Nasr as-Sa’di rahimahoulah (RahimAllah)

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ كُتِبَ عَلَيْكُمُ الصِّيَامُ كَمَا كُتِبَ عَلَى الَّذِينَ مِن قَبْلِكُمْ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ
{183}
أَيَّامًا مَّعْدُودَاتٍ فَمَن كَانَ مِنكُم مَّرِيضًا أَوْ عَلَى سَفَرٍ فَعِدَّةٌ مِّنْ أَيَّامٍ أُخَرَ وَعَلَى الَّذِينَ يُطِيقُونَهُ فِدْيَةٌ طَعَامُ مِسْكِينٍ فَمَن تَطَوَّعَ خَيْرًا فَهُوَ خَيْرٌ لَّهُ وَأَن تَصُومُواْ خَيْرٌ لَّكُمْ إِن كُنتُمْ تَعْلَمُونَ
{184}
شَهْرُ رَمَضَانَ الَّذِيَ أُنزِلَ فِيهِ الْقُرْآنُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَاتٍ مِّنَ الْهُدَى وَالْفُرْقَانِ فَمَن شَهِدَ مِنكُمُ الشَّهْرَ فَلْيَصُمْهُ وَمَن كَانَ مَرِيضًا أَوْ عَلَى سَفَرٍ فَعِدَّةٌ مِّنْ أَيَّامٍ أُخَرَ يُرِيدُ اللّهُ بِكُمُ الْيُسْرَ وَلاَ يُرِيدُ بِكُمُ الْعُسْرَ وَلِتُكْمِلُواْ الْعِدَّةَ وَلِتُكَبِّرُواْ اللّهَ عَلَى مَا هَدَاكُمْ وَلَعَلَّكُمْ تَشْكُرُونَ
{185}

 

-traduction relative et approchée-

 

« Ô vous qui croyez ! On vous a prescrit le Siyam (jeûne) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, afin que vous soyez des Mouttaqoûn. {183}
[Observez le Siyam] pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu’avec grande difficulté, il y a une compensation consistant à nourrir un Miskîn (pauvre). Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’est pour lui ; mais il est mieux pour vous de jeûner ; si vous saviez ! {184}
[Ces jours sont] le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement (entre le vrai et le faux). Donc, quiconque d’entre vous aperçoit [le croissant lunaire la première nuit] du mois (de Ramadan), qu’il observe le Siyam ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas pour vous la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants ! {185} »

Explication (Tafssir)

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ كُتِبَ عَلَيْكُمُ الصِّيَامُ كَمَا كُتِبَ عَلَى الَّذِينَ مِن قَبْلِكُمْ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ

 

« Ô vous qui croyez ! On vous a prescrit le Siyam (jeûne) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, afin que vous soyez des Mouttaqoûn. »

Le Très-Haut informe de ce dont Il a gratifié Ses adorateurs. Tel qu’Il leur a décrété le jeûne, comme il l’a décrété aux communautés précédentes, car il fait partie des législations et des ordres qui sont bénéfiques aux créatures à toutes époques. Et il y a là un encouragement à cette communauté, qu’il vous faut concurrencer les autres dans la perfection des œuvres et dans la précipitation à avoir de nobles caractéristiques, et qu’il ne fait pas partie des choses lourdes qui vous sont spécifiques.

Ensuite, le Très-Haut a cité Sa sagesse dans la législation du jeûne, en disant :

لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ

 

« afin que vous soyez des Mouttaqoûn. »

Le jeûne fait certes partie des plus grands chemins menant à la piété, car il y a dedans l’exécution de l’ordre d’Allah et l’éloignement de Ses interdits. Parmi ce qu’il comprend comme piété, il y a le fait que le jeûneur délaisse ce qu’Allah lui a interdit comme nourriture, boisson, rapport ou autres, par lesquels il est attiré, et ceci, pour se rapprocher d’Allah et en espérant Sa récompense en les délaissant. Ceci fait donc partie de la piété.

Et il comprend aussi comme piété que le jeûneur s’entraîne à être sous la surveillance d’Allah, en délaissant ce qu’il désire alors qu’il en a la capacité (de le faire), car il sait qu’Allah le voit.

Il y a aussi le fait que le jeûne rétréci les voies de shaytane, car il circule dans le fils d’Adam comme circule le sang. Donc, avec le jeûne, son influence faiblie et les péchés diminuent.

Il y a aussi le fait que le jeûneur, d’une manière générale, multiplie ses obéissances. Or, les obéissances font partie de la piété.

Il y a aussi le fait que le riche, en ressentant la douleur de la faim, va être poussé à être compatissant envers les pauvres démunis. Et ceci fait partie des caractéristiques de la piété.

أَيَّامًا مَّعْدُودَاتٍ فَمَن كَانَ مِنكُم مَّرِيضًا أَوْ عَلَى سَفَرٍ فَعِدَّةٌ مِّنْ أَيَّامٍ أُخَرَ وَعَلَى الَّذِينَ يُطِيقُونَهُ فِدْيَةٌ طَعَامُ مِسْكِينٍ فَمَن تَطَوَّعَ خَيْرًا فَهُوَ خَيْرٌ لَّهُ وَأَن تَصُومُواْ خَيْرٌ لَّكُمْ إِن كُنتُمْ تَعْلَمُونَ

 

« [Observez le Siyam] pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu’avec grande difficulté, il y a une compensation consistant à nourrir un Miskîn (pauvre). Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’est pour lui ; mais il est mieux pour vous de jeûner ; si vous saviez ! »

Et après avoir cité qu’Il leur a décrété le jeûne, Il informe que c’est un nombre de jours déterminés, c’est-à-dire peu nombreux, et qui sont d’une grande facilité. Après cela, Il a donné une autre facilité en disant :

فَمَن كَانَ مِنكُم مَّرِيضًا أَوْ عَلَى سَفَرٍ فَعِدَّةٌ مِّنْ أَيَّامٍ أُخَرَ

 

« Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours. »

Et ceci, en majorité, à cause de la difficulté. Allah leurs a donnés la permission de rompre le jeûne. Et comme il est nécessaire que chaque croyant bénéficie des bienfaits du jeûne, Il leurs a ordonnés de les rattraper d’autres jours, quand le malade sera guéri, que le voyage sera achevé et qu’ils ont trouvé le repos.

Et dans Sa parole :

فَعِدَّةٌ مِّنْ أَيَّامٍ أُخَرَ

 

« …un nombre égal d’autres jours. »

Il y a la preuve qu’il doit rattraper le nombre de jours (manqués) du mois de Ramadan, que celui-ci soit complètement (manqué) ou non. Il y a aussi la preuve qu’il lui est permis de rattraper les longues journées chaudes durant les journées courtes et froides, mais aussi l’inverse.

Et Sa parole :

وَعَلَى الَّذِينَ يُطِيقُونَهُ

 

« Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter… »

c’est-à-dire, supporter le jeûne.

فِدْيَةٌ

 

« compensation »

pour chaque journée rompue.

طَعَامُ مِسْكِينٍ

 

« nourrir un Miskîn (pauvre) »

et ceci, c’était lors du début de la prescription du jeûne, alors qu’ils n’étaient pas habitués au jeûne et qu’une obligation incontestable aurait été difficile pour eux. Le Sage Seigneur les a fait progresser avec le chemin le plus facile et Il a donné le choix à celui qui a la capacité de jeûner entre jeûner, ce qui est mieux, ou nourrir (un pauvre). C’est pour cela qu’Il a dit :

وَأَن تَصُومُواْ خَيْرٌ لَّكُمْ

 

« …mais il est mieux pour vous de jeûner… »

Ensuite, après cela, Il a rendu le jeûne obligatoire à celui qui a la capacité et celui qui ne l’a pas, romps et rattrape d’autres jours.

Et il a été dit :

وَعَلَى الَّذِينَ يُطِيقُونَهُ

 

« Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter… »

c’est-à-dire, ceux qui ne peuvent endurer et pour qui il est difficile de le supporter, telle qu’une personne âgée. Il devra une compensation pour chaque jour : nourrir un pauvre. Et ceci est le bon avis.

شَهْرُ رَمَضَانَ الَّذِيَ أُنزِلَ فِيهِ الْقُرْآنُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَاتٍ مِّنَ الْهُدَى وَالْفُرْقَانِ فَمَن شَهِدَ مِنكُمُ الشَّهْرَ فَلْيَصُمْهُ وَمَن كَانَ مَرِيضًا أَوْ عَلَى سَفَرٍ فَعِدَّةٌ مِّنْ أَيَّامٍ أُخَرَ يُرِيدُ اللّهُ بِكُمُ الْيُسْرَ وَلاَ يُرِيدُ بِكُمُ الْعُسْرَ وَلِتُكْمِلُواْ الْعِدَّةَ وَلِتُكَبِّرُواْ اللّهَ عَلَى مَا هَدَاكُمْ وَلَعَلَّكُمْ تَشْكُرُونَِِ

 

« [Ces jours sont] le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement (entre le vrai et le faux). Donc, quiconque d’entre vous aperçoit [le croissant lunaire la première nuit] du mois (de Ramadan), qu’il observe le Siyam ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas pour vous la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants ! »

شَهْرُ رَمَضَانَ الَّذِيَ أُنزِلَ فِيهِ الْقُرْآنُ

 

« [Ces jours sont] le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu… »

C’est-à-dire, le jeûne qui vous a été décrété est celui du mois de Ramadan, ce mois grandiose, où Allah vous a octroyé un grand bienfait : LE NOBLE CORAN, qui renferme la guidée vers vos intérêts religieux ou mondains et qui met en évidence la vérité par la plus claire des démonstrations, et le discernement entre le vrai et le faux, entre la guidée et l’égarement, entre les gens du bonheur et les gens du malheur. Un mois tel que celui-ci, qui a un tel mérite et où il y a une telle bonté d’Allah envers vous, est digne d’être une saison pour les adorateurs et où doit être prescrit le jeûne.

Et après l’avoir établi, avoir montré ses mérites et la sagesse d’Allah pour laquelle Il l’a spécifié, Il a dit :

فَمَن شَهِدَ مِنكُمُ الشَّهْرَ فَلْيَصُمْهُ

 

« Donc, quiconque d’entre vous aperçoit [le croissant lunaire la première nuit] du mois (de Ramadan), qu’il observe le Siyam ! »

Il y a là l’obligation de jeûner pour une personne qui en a la capacité, qui est en bonne santé et qui est résidente. Et comme seul le choix entre le jeûne et la compensation a été abrogé, Il a réitéré la permission aux malades et aux voyageurs afin que l’on ne pense pas que cette permission a été aussi abrogée.

Et, Il dit :

يُرِيدُ اللّهُ بِكُمُ الْيُسْرَ وَلاَ يُرِيدُ بِكُمُ الْعُسْرَ

 

« Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas pour vous la difficulté pour vous »

C’est-à-dire, qu’Allah le Très-Haut veut vous faciliter les chemins qui mènent vers son agrément, et ceci avec la plus grande facilité.

Et c’est pour cela que tout ce qu’Allah a ordonné à ses adorateurs est à la base d’une grande facilité. Et si il arrive qu’il y ait des obstacles qui les rendent difficiles, Il accorde une autre facilité, ou bien par l’exemption ou bien en l’allégeant avec toutes sortes d’allégement. Et cette phrase, il n’est pas possible de la détailler, car son explication comprend toute la législation et elle (la phrase) comprend toutes les permissions et les allégements.

وَلِتُكْمِلُواْ الْعِدَّة

 

« …afin que vous en complétiez le nombre… »

Et ceci, et Allah est le plus Savant, c’est pour qu’une personne ne pense pas que le jeûne du mois de Ramadan s’effectue en ne jeûnant qu’une partie. Il a écarté cette idée en ordonnant de compléter son nombre et de remercier Allah le Très-Haut une fois achevé pour le succès et la facilité qu’Il a accordé et pour l’avoir montré à Ses adorateurs. Et Il a ordonné de faire le Takbir (action de dire Allahou Akbar) une fois terminé, et ceci implique le Takbir quand on voit le croissant de (la nouvelle lune) de Chawoual jusqu’à la fin de la khoutba de al ’Aïd.

Source : « Tafssir Sa’di »

 

Source : Rachid Abou Nawoufal Al Maghribi / Forum Fourqane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *